Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/03/2012

Début de ce journal année 1936 - une période très mouvementée

POLITIQUE

Léon Blum, né le 9 avril 1872 à Paris (2ème arrondissement) et mort le 30 mars 1950à Jouy-en-Josas, était un homme politique socialiste français.

Il fut l'un des dirigeants de la section française de l'Internationale ouvrière (SFIO, parti socialiste), et président du Conseil des ministres, c'est-à-dire chef du gouvernement français, à deux reprises, de 1936 à 1937, puis de mars à avril 1938.

Il a marqué l'histoire politique française pour avoir refusé l'adhésion à la IIIeInternationale communiste en 1920, et pour avoir été le président du Conseil des ministres du Front populaire en 1936. Il a refusé d'aider militairement les républicains espagnols (pendant la guerre civile en Espagne), ce qui a entraîné le retrait des communistes du Front Populaire (qui était composé à la base du Parti communiste, de la SFIO, des radicaux et de Divers gauche). En juin 1937, Léon Blum démissionne une première fois du poste de président du Conseil.

Il retrouve ses fonctions de chef du gouvernement, brièvement, du 13 mars au 10 avril 1938. Chef du Gouvernement provisoire de la République française de décembre 1946 à janvier 1947, son cabinet sera chargé de mettre sur de bons rails les institutions de laIVe République.

Ses réformes auront représenté de grandes avancées sociales (congés payés, femmes au gouvernement, réduction du temps de travail, etc...) et il est considéré, encore aujourd'hui, comme l'une des grandes figures du socialisme français.

Léon Blum reading.jpg

Léon Blum

Le Front populaire est une coalition de partis de gauche qui gouverna la

 France de 1936 à 1938. Il réunissait les trois principaux partis de la gauche,

la SFIO, le Parti radical-socialiste et le Parti communiste (qui soutenait les

deux premiers sans participer directement au gouvernement), mais également

toute une nébuleuse d'autres mouvements.

Le gouvernement de Front populaire fut le premier de la IIIe République

dirigé par les socialistes. Il initia plusieurs réformes sociales importantes

et constitue une des références de la mémoire et de l'histoire de la Gauche

française.

L'assemblée élue lors des élections de 1936 demeura inchangée jusqu'à la

défaite de la France face à l'Allemagne en juin 1940.

 

Chanteurs de l'année 1936 

décédé le 26 septembre 1983 à Neuilly-sur-Seine ) est un chanteur et acteur français . ... 1935 : Vogue, mon cœur de Jacques Daroy ...

 Le triomphe au music-hall

Sa carrière prend une dimension essentielle au music-hall : après l’A.B.C., où le public lui a réservé un honnête succès, il est engagé parHenri Varna au Casino de Paris pour la revue Parade de France, consacrée au folklore des provinces. En bottes, chemise et pantalon bouffants, guitare à la main et veste sur l'épaule, il campe un chanteur corse de carte postale8 et obtient, dès le premier soir (le 14 octobre 1934), un triomphe inédit grâce à deux chansons que Vincent Scotto vient de composer pour lui, Ô Corse, île d'amour et Vieni, vieni. Les deux hommes travailleront sur bien d'autres chansons jusqu'à la mort de Vincent Scotto, en novembre 1952...

En 1936, il remonte sur la scène du Casino de Paris pour le spectacle Tout Paris chante, mais cette fois, la tête d'affiche c'est lui !

Parallèlement, il vend de plus en plus de disques, à savoir 80 000 par mois quand la deuxième vente culmine à 6 0009 ! Dans ces années 1930, l'industrie du disque balbutie et la radio n'a pas encore investi l'ensemble des foyers français. Elle va bientôt donner aux artistes une audience nouvelle, avec ce que cela représente sur les ventes de disques. Dans le cas de Tino Rossi, sa voix est tellement présente sur les ondes qu'en 1939, il demande lui-même, par écrit, aux stations de moins le programmer car il craint de saturer les auditeurs10 ! Si le disque et la radio ont largement stimulé la carrière de Tino Rossi, ils n'en ont pas moins trouvé en lui un support essentiel de pénétration dans les foyers...******************

En haut des affiches de cinéma

Après quelques "apparitions" vocales et silhouettes, en mars 1936, sort Marinella, un film écrit exprès pour la nouvelle coqueluche du disque et de la T.S.F. au physique à la Rudolph Valentino. Le film est un triomphe. Les chansons de Vincent Scotto qu'il y interprète (Marinella,Tchi-tchiJ'aime les femmes c'est ma folieLaissez-moi vous aimer) vont accompagner le Front Populaire. Tino Rossi ira d'ailleurs chanter pour les grévistes, notamment dans le hall des Galeries Lafayette15.

Dans la foulée, il enchaîne avec les péripéties à l'accent corse de Au son des guitares (où il lance Tant qu'il y aura des étoiles), puis tourneNaples au baiser de feu avec pour partenaires les grandes vedettes Viviane Romance et Mireille Balin, sans oublier Michel SimonMarcel Dalio et les dialogues d'Henri Jeanson.

  

(à 71 ans) à Neuilly-sur-Seine , est un chanteur , compositeur et acteur français . ...Dans les cabaret s en vogue, il chante Boris Vian ...

Biographie


Marcel Mouloudji est le fils d'un Algérien (kabyle), Saïd Mouloudji, né en 1896 ans le village de Leflaye (tribu d'At Waghlis, daïra de Sidi-Aïch), et d'Eugénie Roux, uneFrançaise originaire de Bretagne, née en 19011. Il est affligé d'un léger strabisme. La famille connaît de gros problèmes : alors qu'il n'a que dix ans, la mère de Marcel est internée pour désordre mental et son père, analphabète, logé dans une chambre de bonne, a du mal à élever ses fils dont l'aîné, André, est gravement malade et le second, un doux rêveur qui trouve à se loger au hasard des rencontres.

Durant son adolescence, il s'inscrit avec son frère dans un mouvement de jeunesse de gauche (les Faucons rouges, proche de la SFIO, animé par des éducateurs issus de différents courants du monde ouvrier)2.

En 1935, il fait la connaissance de Sylvain Itkinemetteur en scène membre duGroupe Octobre, organisation affiliée à la Fédération des théâtres ouvriers de France. Marcel Maillot, directeur d'une colonie de vacances du Syndicat du livre, le pousse à chanter avec son frère. Il est bientôt remarqué par Jean-Louis Barrault, qui cherche un enfant pour un spectacle. Durant cette période, Marcel est ainsi hébergé par Jean-Louis Barrault, qui l'introduit dans le milieu artistique de Paris. Il y participe à la vie artistique associée au Front populaire en 1936


 
  
Maurice Chavalier
Maurice Chevalier, né Maurice Auguste Chevalier3 
le 12 septembre 1888 à Paris20e et mort le 1er janvier 1972 
à Paris 15e, est un chanteur et acteur français.

En 1927, il se marie avec Yvonne Vallée et commence, cette même année, une carrière cinématographique à Hollywood qui l'éloigne de la France jusqu'en 1935 où il s'illustre notamment en 1934 dans les deux versions, anglaise et française, de La Veuve joyeuse d'Ernst Lubitsch. Il fera la rencontre de Duke Ellington qu'il fera engager pour faire sa première partie à Broadway et rencontrera à Hollywood Marlène Dietrich qui lui vaudra son divorce avec Yvonne. Le tube qui le fit connaître aux États-Unis était composé par Al Sherman et Al Lewis et s'intitulait : « Living In the Sunlight, Loving In the Moonlight » du film de Paramount La Grande Mare (The Big Pond).

En perte de vitesse à Hollywood, il décide de rompre avec la MGM et de rentrer en France. Nous sommes en 1935, ce sont de nouveaux succès de la chanson : Prosper (1935), Ma Pomme (1936), Y'a d'la joie (1937) créée par un jeune auteur dont le nom deviendra célèbre,Charles Trenet, puis la Marche de Ménilmontant (1941) en hommage à son enfance.

 

 Charles Trenet

 
 

Charles Trenet (né Louis-Charles-Augustin-Claude Trenet le

 18 mai 1913 àNarbonne -

mort le 19 février 2001

 à Créteil) est un poète auteur-compositeur-interprète français.

Surnommé « le Fou chantant », il est l'auteur de près de mille chansons,

dont certaines

sont devenues des

succès populaires intemporels, parmi lesquelles : La MerY'a d'la joie,

 L'Âme des poètes

Je chante,

 Douce FranceLa Romance de ParisLe Soleil et la LuneFleur bleue

Le Jardin extraordinaire

Que reste-t-il de nos amours ?Fidèle.

Au début des années 1930 il quitte Narbonne pour Paris pour poursuivre dans

le journalisme1,

ayant convaincu son père qu'il y étudie à l'école des arts décoratifs le dessin

et l'architecture

(comme son grand-père architecte)2. À son arrivée à Paris, pour gagner sa vie

il travaille finalement

dans les studios de cinéma Pathé-Nathan en tant qu'accessoiriste, et où il est

chargé de faire

les « claquettes » annonçant le début d'une scène. Il se mêle au groupe

d'artistes de Montparnasse.

Il rencontreAntonin ArtaudJean Cocteau et Max Jacob3, auxquels il confie

ses envies littéraires

et qui le surnomment le « téméraire ». S'inspirant de Pills et Tabet, il forme

en 1933 le duo Charles

et Johnny avec son ami le pianiste suisse Johnny Hess, rencontré en 1932

 au College Inn, un club de jazz

. Les deux compères, familiers du cabaret Le Bœuf sur le toit y rencontrent

souvent le chanteur

 Jean Sablon auquel ils confient l'interprétation de la chanson qu'ils composent

l'espace d'un soir,

 Vous qui passez sans me voir, qui deviendra bientôt un succès planétaire.

Joséphine Baker leur met le pied

à l'étrier en convainquant Henri Varna de les prendre sous contrat au Palace.

Adeptes du style fleur bleue,

ils chantent également au cabaret Le Fiacre jusqu'en 1936.

CHARLES TRENET - 1936 - Y'a d'la joie + Lyrics

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Sablon - Vous, qui passez sans me voir , 1936