Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/03/2012

1948 - toutes les surprises ne sont pas encore dévoilées.....

 

metiers avocats avocats 7 gifmetiers avocats avocats 4 gifmetiers avocats avocats 9 gifmetiers avocats avocats 15 gif


Déclaration universelle des droits de l'homme

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme.

Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression.

Considérant qu'il est essentiel d'encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité des droits des hommes et des femmes, et qu'ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l'Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu'une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L'Assemblée Générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l'homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

 

metiers avocats avocats 11 gif

 

 

logo des Jeux Olympiques d'été de 1948 à Londres.


Fichier:Red copyright.svg

 

TM Ce logo est une marque déposée, soumise au droit d'auteur.
  • En France, sa mise à disposition est autorisée dans la limite des droits accordés par l'article L513-6 du Code de la propriété intellectuelle et est reproduite ici en vertu de ces droits.
  • Aux États-Unis d'Amérique, l'utilisation de cette image est soutenue comme étant une utilisation juste dans le cadre légal défini par le fair use.

Cependant une telle permission légale peut ne pas exister dans tous les pays. Il est donc recommandé de ne pas l'utiliser sans que sa validité soit établie pour un autre contexte, et de ne pas la réutiliser sans précaution.

Si vous êtes titulaire des droits sur cette image et que vous souhaitez qu'elle soit retirée, contactez-nous.

 

"Ah si vous connaissiez ma poule" ( par Maurice Chevalier)

 

EDITH PIAF--LES AMANTS DE PARIS --1948

 

L'année 1948 va commencée par une décision commune entre 

Péguy et CPM, il y a de l'avocat dans l'air:

metiers avocats avocats 12 gif

 CPM va entamer une procédure de divorce pour Péguy, car il espère, dans un temps futur, la demander en mariage. Mais cela coute très cher, et Péguy n'est pas en mesure de payer. Donc CPM monte un dossier béton et va voir l'avocat. Le problème est JP, il ne désire pas que son père se remarie, ce n'est pas du tout son idée. Donc il va commencer à faire tout pour briser l'ambiance et faire tous les tours possible pour rendre la vie impossible à tout le monde. Pendant les sorties il prends des initiatives, faire du bâteau et tomber à l'eau au milieu de la Seine, sauvetage par CPM, prendre la voiture et partir avec sans rien demander, et il n'a pas de permis.......... il passe par la fenêtre pour se pendre au balcon, enfin c'est vraiment insupportable.  Francine se demande si un jour elle pourra avoir la paix, ce n'est pas sur du tout, et le pire en a venir.......

Gif animé naufragehorreur frankenstein frankensteine 2 gif horreur frankenstein frankensteine 8 gif horreur frankenstein frankensteine 3 gif


BONNE  SOIREE


 

20:03 Publié dans Blog, Coup de coeur/Coup de griffe, Famille, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook | | Pin it! | | | |  del.icio.us | Digg! Digg

15/03/2012

Que nous réserve l'année 1943

Clipart back web fond page gif

Clipart tambour gif

3

 

 

 

Rosina Bet (20 ans), italienne, David Freimann (26 ans), roumain, et Enzo Godéas (19 ans), italien, font partie de la 35e brigade FTP-MOI. Ils sont chargés de réaliser une action exemplaire contre le cinéma « Les Variétés », qui diffuse alors des films pro-allemands et antisémites. Le but est de détruire le cinéma de nuit mais l’opération tourne au drame. À la fin d’une séance, les trois résistants installent une bombe sous un siège. Mais quand David enclenche le mécanisme de retardement, la bombe explose instantanément. Le jeune roumain est tué sur le coup, Rosina a une jambe arrachée et Enzo est sévèrement brûlé. Violemment interrogés, Rosina meurt le lendemain alors qu’Enzo est fusillé trois mois après, assis et attaché sur une chaise.

 


 

Le Corbeau (1943) Trailer









★ R.I.P Gérard Rinaldi ★ 1943 ★ Merci PATRON !

 

1940-1945 : le cinéma sous l'occupation

Contrairement à une légende répandue, le cinéma français ne retrouve jamais ses niveaux d'avant-guerre pendant le conflit. La meilleure année, 1943, on atteint exceptionnellement la barre des 304 millions de spectateurs. En dépit de la baisse des revenus financiers, et du manque de moyen, la qualité cinématographique reste souvent remarquable. Les Enfants du paradis, chef-d'œuvre tourné pendant le conflit, fut réalisé avec une bonne dose de système D afin de compenser les carences financières. Certains acteurs s'imposent alors comme d'immenses stars prestigieuses et populaires : Fernandel, Pierre Fresnay, Gaby Morlay, Michel Simon, Jules Raimu, Albert Préjean, Pierre Richard-Willm. Les disparitions tragiques du monstre sacré Harry Baur et du jeune Robert Lynen symbolisent ces heures sombres. Enfin des réalisateurs tels que Jean Renoir et René Clair partent aux États-Unis pour revenir en France après la guerre.

"Ces années là... 1943" 
Enregistraments originaux de l'époque. Petit livret historique  
avec les principaux événements de l'année à l'intérieur. 
**************************

chansons historiques de France 49 : Le chant des Partisans 1943

LOI DU 12 AVRIL 1943 RELATIVE À LA PUBLICITÉ PAR PANNEAUX-RÉCLAME, PAR AFFICHES ET AUX ENSEIGNES

 
Version consolidée du texte au 15 avril 1943.

Article 15

En vigueur depuis le 15 avril 1943.

Toute infraction aux dispositions de la présente loi ou des décrets et arrêtés prix en application de celle-ci, sera punie d'une amende de 300 F à 20000 F. En cas de récidive, l'amende pourra être portée à 150000 F .

Les poursuites sont exercées à la diligence du secrétaire d'Etat chargé des beaux-arts ou du préfet .

Article 16

En vigueur depuis le 15 avril 1943.

Le secrétaire d'Etat chargé des beaux-arts ou le préfet peut, en outre, ordonner, dès la constatation d'une infraction, la suppression immédiate des panneaux-réclame, affiches, peintures ou enseignes qui auront été apposés ou maintenus en violation des prescriptions de la présente loi ou des décrets et arrêtés pris pour son application.

Ils pourront également ordonner l'enlèvement de tous dispositifs spécialement installés pour recevoir ou porter des inscriptions ainsi que la suppression de toute construction établie ou agencée pour servir principalement à la publicité, en violation des dispositions de l'article 3, paragraphe 4.

Cortébert, publicitéde 1943             Une publicité de1943           La publicité du parfum Shocking de Schiaparelli,

                                                        présente ce poêle Y 

Que sont-ils devenus ?

Le sort de 1.387 criminels nazis, complices et collaborateurs 

Albertini, Georges (secrétaire général du RNP de Déat) : arrêté le 25 septembre 1944, jugé en décembre 1944, condamné à 5 ans de travaux forcés, passe moins de quatre ans au bagne de Poissy et bénéficie d'une remise de peine en février 1948, crée l'Institut d'histoire sociale, organisme animé par un fort anticommunisme qui recycle des fascistes, a une influence certaine sous la Quatrième république et devient un des membres de l'entourage de Georges Pompidou, mort en 1983.

Belin, René (ancien dirigeant de la CGT, ministre du travail de Pétain, signataire du Statut des Juifs du 3 octobre 1940) : Démissionne le 16 avril 1942 au moment du retour de Laval. A la Libération, se cache à Paris, puis en Suisse, puis bénéficie d'un non-lieu de la Haute Cour de Justice. Banni à vie du mouvement syndical par les communistes, fonde secrètement "Front syndicaliste" puis "La Revue syndicaliste", proche de FO. Maire d'une commune de Seine-et-Marne de 1958 à 1965. Mort en 1977.

Bonnaventure Carbone, Paul (gangster marseillais, au service de la Gestapo en 1942. La chasse aux Juifs et aux résistants lui rapporte des profits énormes) : meurt fin 1943 écrasé dans sa voiture, au cours du déraillement, provoqué par le maquis, d'un train de permissionnaires allemands près de Chalon-sur-Saône.

Bridoux, Eugène (secrétaire général de la Délégation générale du gouvernement français dans les territoires occupés du 20 mars 1941 au 18 avril 1942, puis secrétaire d'État à la Guerre (du 18 avril 1942 au 25 mars 1943), et enfin sous-secrétaire d'État à la Défense nationale, du 26 mars 1943 au 20 août 1944, dans le gouvernement du maréchal Pétain ; promu général de division en 1941 puis général de corps d'armée en 1942) : s'enfuit à Sigmaringen, participe à la commission gouvernementale vichyste en tant que « commissaire aux prisonniers de guerre français », mais n'exerce pas réellement ses fonctions dans ce cabinet fictif, n'y faisant que de rares apparitions. Capturé en mai 1945 en Allemagne, il s'évade du Val de Grâce à Paris le 6 juin 1947 et se réfugie en Espagne. Condamné à mort par contumace et à la dégradation militaire,  le 18 décembre 1948. Meurt en Espagne le 6 juin 1955.

Papon, Maurice (secrétaire général de la préfecture de Gironde, organisateur de convois de déportation) : A la libération se fait passer pour un résistant et parvient à poursuivre une carrière administrative et politique : de 1956 à 1958, il participe à la "pacification" de l'Algérie comme préfet ; préfet de police de Paris durant les événements d'octobre 1961, il couvre les brutalités policières contre une manifestation algérienne (des dizaines de morts). Il est lâché par de Gaulle après l'affaire Ben Barka (1967). Elu député gaulliste en 1958, il devient ministre du budget de Giscard d'Estaing en 1978. Inculpé en 1983, à la suite de plaintes déposées en 1981, il est jugé à partir d'octobre 1997 et est condamné le 2 avril 1998 à "dix ans de réclusion criminelle" pour "complicité de crimes contre l'humanité". Après une tentative de fuite en Suisse, il a été emprisonné en 1999. Libéré pour raisons de santé, après une décision de la Cour de Cassation, le 18 septembre 2002. Il est mort en février 2007.

Höcker, Karl (adjoint du commandant du camp d'Auschwitz I) : est fait prisonnier par les Britanniques qui, ignorant ses activités à Majdanek et Auschwitz, le relâchent en janvier 1946, En 1952, se présente de lui-même au Ministère public et reçoit une peine de prison de 9 mois qu’il n’a pas lieu de purger (loi d’impunité de 1954). Employé de banque au moment de son arrestation, jugé et condamné au cours du procès de Francfort en 1963-1965, en détention préventive en 1965, libéré en 1970, mort en 2000 à 89 ans   

Karl Hoecker et son chienKarl Hoecker et son chien

C'est ça la guerre il y a les bons et les mauvais

Passons à des choses plus gaies

NOM : 

 

 

JOHNNY HALLYDAY

MÉTIER : CHANTEUR / ACTEUR 

NAISSANCE : LE 15 JUIN 1943
ÂGE : 68 ANS
SIGNE ASTROLOGIQUE : GÉMEAUX
EN COUPLE AVEC : LAETICIA HALLYDAY
PAYS : FRANCE 

 

Chronologie de l'informatique

 

informatique.JPG

Harvard Mark I (1943)

 

Fichier:Colossus.jpg

Colossus Mark II

L'ordinateur Colossus fut le premier calculateur électronique fondé sur le système binaire. Installé près de Londres, à Bletchley Park, il était constitué de 1 500, puis 2 400 tubes à vide et réalisait 5 000 opérations par seconde. Il était utilisé, lors de la Seconde Guerre mondiale, à lacryptanalyse du code Lorenz.

 

Machine de Lorenz

Il existe une certaine confusion entre les machines Enigma et Lorenz. Le code Enigma est le plus connu et fut le plus utilisé en volume. Le code Lorenz est beaucoup moins connu. Il était utilisé par les dirigeants allemands pour communiquer entre eux alors qu'Enigma était utilisée au quotidien pour les autres types de communication.

Lorenz représentait chaque lettre par son code international de télé-scripteur à 5 bits. Chaque bit traversait deux clés de chiffrement intermédiaires, P et S. La clé P changeait à chaque opération alors que la clé S changeait au hasard, selon deux autres contrôles, M. L'addition de la lettre originale + P + S donnait la lettre chiffrée. Contrairement à Enigma, Lorenz pouvait coder une lettre sur elle-même.

 

Déchiffrement

Si les deux codes ont été vaincus, ils l'ont été de façon complètement différente. Enigma a été vaincu par la force brute alors que le code Lorenz a été cassé.

 

INVENTIONS

Le Colossus

Le code Lorenz utilisait un code binaire. L'attaque qui l'a vaincu démontrait que la bonne clé produisait un plus grand nombre de 0 que de 1 lors de l'addition de deux lettres consécutives identiques. De ce principe, Colossus calculait une clef qui produisait plus de 0 qu'une autre. Cette "clé transitoire" était appliquée au texte chiffré original. Le résultat était un texte "brouillé", encore illisible mais plus proche du texte clair recherché. En répétant ces opérations plusieurs fois, le texte brouillé devenait de plus en plus clair et finalement, devenait lisible. Un message était typiquement « cassé » en quelques heures.

Le texte clair était ainsi recalculé depuis le texte chiffré, sans récupérer la clé. Colossus a été conçu pour réaliser cette opération. Étant donné qu'il ne travaillait pas comme la machine de Lorenz, tout le concept de Colossus était différent de celui de la machine d'encodage-décodage originale.

 

 

Scaphandre autonome

Fichier:EL54p.jpg

 Le scaphandre autonome est un dispositif individuel qui permet à un plongeur d'évoluer librement en plongée avec une réserve d'air. L'air n'étant rien d'autre qu'un mélange de gaz un scaphandre autonome peut aussi fonctionner avec une réserve contenant tout autre mélange de gaz respirables (nitrox, trimix, hydreliox...) ou aussi avec un recycleur.

Le principe de fonctionnement du scaphandre autonome est essentiellement basé sur une invention du docteur Manuel Théodore Guillaumet, en 18381. Cette invention fut à nouveau réalisée avec indépendance de celle de Guillaumet en 1860 par l'ingénieur des mines Benoît Rouquayrol (1826-1875) et adaptée à la plongée en 1864 avec l'aide du lieutenant de vaisseau Auguste Denayrouze (1837-1883). Elle fut finalement reprise et perfectionnée dans sa forme actuelle par Émile Gagnan et Jacques-Yves Cousteau en 1943. Cette invention, capitale pour la plongée autonome (sans aucun tube relié à la surface), est le détendeurautomatique, dit aussi « de débit à la demande ».
« Scaphandre autonome » est donc un terme utilisé de nos jours pour désigner les équipements de respiration subaquatique qui découlent de l'invention de Gagnan et de Cousteau. Le terme était pourtant utilisé déjà avant, comme l'avait utilisé par exemple Charles Héderer en 1936 pour décrire le recycleur allemand Draeger DM402.

 

Les grandes étapes historiques des télécommunications

Fichier:OptischerTelegraf.jpg
Fichier:Telefon VHM ubt.jpeg

Origine des télécommunications

Les premiers procédés de télécommunications furent les signaux de fumée, utilisés par les peuples amérindiens d’Amérique du Nord et du Sud, et les tambours dont se servaient les peuples d’Afrique, de Nouvelle-Guinée et d’Amérique du Sud. Ces signaux permettaient de transmettre des informations parfois complexes1,2.

Les Yagans, par exemple, employaient des signaux de fumée pour indiquer des baleines échouées, afin que le plus grand nombre puisse prélever de la viande de la carcasse avant qu'elle ne se décompose. Ils utilisaient peut-être ces signaux dans d'autres buts, il est donc possible queFernand de Magellan ait aperçu un de ces feux lorsqu'il croisa la Patagonie, ce qui lui inspira le nom de Terre de Feu.

Au Moyen Âge, des tours placées sur les sommets permettaient de transmettre les ordres et renseignements stratégiques, mais l’information était limitée à l’équivalent d’un bit moderne comme : « l’ennemi est en vue ». Un exemple en est la transmission de Plymouth à Londres de l’arrivée de l’ « invincible armada »3.

 

Allons faire un tour chez Francine

Francine s'est habituée à la guerre, à part le sommeil qui ne s'arrange pas et les alertes qui pertubent ses nuits la vie suit son court. Elle à le petit copain,Dédé, du 1er étage qui à son âge et les moments de bombardement sont moins stréssants car tous les deux peuvent s'amuser pour passer ces heures pénibles. Parfois Dédé avant la fin de l'alerte va dehors et lui ramène des morceaux de projectile encore tout chaud qu'il ramasse dans le rue. Chaque jour, le spectacle de la ville change, les maisons sont de plus en plus démolies de tous les côté. Quand il y a de grosses secousses, tout bouge dans la maison, les verres se cognent les un contre les autres, le tout dans d'énorme nuage de poussière  et tout s'écroule autour de la maison. Francine va beaucoup chez son pépé de service, un homme manque dans la maison. Un dimanche, Péguy emmène Francine voir Lulu qui est toujours à l'hôpital, biensur Pépé est de service, après le métro, un peu de marche à pied et arrivé à l'hôpital Saint Anne

Entrée rue cabanis

Le Centre hospitalier Sainte-Anne est édifié sur un site qui a connu dès le XIIIe siècle une vocation hospitalière.

À la suite de la Maison de Santé de Marguerite de Provence, épouse de Saint-Louis puis du Sanitat Saint-Marcel dit « La Santé » au XVe siècle, destiné à héberger les malades contagieux, particulièrement les pestiférés, Anne d’Autriche fait procéder vers 1650 à la construction d’un hôpital auquel elle voulut donner le nom de Sainte-Anne.
Cet établissement, peu utilisé, fut transformé en une ferme où venaient travailler les aliénés de l’hospice de Bicêtre, relativement proche. Cette ferme – la ferme Sainte-Anne – connut pendant plusieurs années une importante activité du fait du travail et des initiatives des malades.

En 1863, Napoléon III décide la création d’un hôpital psychiatrique à Paris sur l’emplacement de la ferme Sainte-Anne. Il est désigné sous le nom d’« asile clinique » car il est destiné à être un lieu de traitement, de recherche et d’enseignement des maladies mentales. Haussmann, préfet de la Seine, est chargé de cette opération.

L’« asile » est inauguré le 1er janvier 1867 et le premier patient admis le 1er mai de la même année. 
Pendant de nombreuses années Sainte-Anne va remplir son rôle de protection du malade mental, de son traitement avec les faibles moyens thérapeutiques de l’époque. On verra s’y développer une recherche médicale très importante et très approfondie souvent masquée par les préjugés qui se heurtent aux murs de l’établissement.

L’asile se dote d’un service de soins dentaires en 1892, de consultations externes – gratuites dans le but de réduire les internements – et d’un pavillon central de chirurgie générale destiné au traitement chirurgical des malades des asiles du département de la Seine. Cet important bâtiment, très moderne pour l’époque, comporte, dans des parties septiques et aseptiques nettement séparées, des salles d’hospitalisation, une section obstétricale, des laboratoires de radiologie, de microphotographie et de biologie.

En 1941 est installé un des premiers laboratoires d’électroencéphalographie de France.

 

et là, stupeur, dès l'entrée toutes les portes sont fermées à clé, des hommes en blanc, genre garde du corps, circulent avec les gros trousseaux de clés, une fois avoir traversé plusieurs salles et longé pleins de couloirs, Lulu est là asis sur un banc les regard dans le vide, il a l'air d'être complètement ailleurs, autour de lui il y a plein d'homme qui sont très bizarre, les uns jouent avecdes cailloux, d'autres tournent en rond, d'autres se mettent à hurler...... Francine est profondément choquée, Lulu ne la reconnais pas il semble être un étrangé. Francine  prend de plein fouet ce spectacle horible.

Rentrée à la maison, elle ne cause plus, reste dans son coin,  ne sait plus du tout ce qu'il se passe.

A l'école, c'est le désert, plus rien ne l'interresse, elle tourne en rond dans la cour les bras croisés, elle n'a jamais été ausi sage. et pourtant elle 2 petites copines Sylvette et Françoise, qui viennent la chercher pour  jouer, pas grand chose n'y fait.

Ses 2 copines sont les filles de la cliente de Péguy, Odette comprend la situation et invite Francine à venir jouer avec ses filles chez elle les 2 maisons étant très proche. en échange lorsque les parents sortent les filles viennent chez Francine, si bien qu'un lien se construit et toutes les trois forment une petite famille. Sylvette est handicapée mais c'est la plus intrépide des trois, elle grimpe partout, elle saute , elle est très remuante. A l'école est travaille très bien, en gymnastique elle est 1ere malgrès son handicap, elle à une prothèse de jambe mal forme. 

La situation ne s'améliore pas, l'école ferme, mais Odette propose de faire une petite classe chez elle pour quelques filles afin de ne pas trop perdre de temps sur les programme, dons cette situation redonne le morale à Francine. 

Son Lulu lui manque beaucoup, mais le père ds filles compense un peu cette solitude.

Les soirée sont tristes et longues, il fait très froid, Francine à trouvé sa place, elle se coince entre les 4 pieds de la table devant la  salamandre

(Salamandre, un poêle en fonte, mobile, à combustion lente, fabriquée entre 1883 et 1953)

qui brule le charbon ou le bois, les flammes la rassurent, et elle arrive à s'endormire. 

 

 

 

 

20:09 Publié dans Blog, Coup de coeur/Coup de griffe, Livre, Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook | | Pin it! | | | |  del.icio.us | Digg! Digg

14/03/2012

Que s'est'il passé en 1941 ? en France

BlasonDrapeau

Régime de Vichy

Le nom de Régime de Vichy désigne le régime politique dirigé par Philippe Pétain, qui assura le gouvernement de la France au cours de la 2e guerre mondiale, du10 juillet 1940 au 20 août 1944 durant l'occupation du pays par l'Allemagne nazie3, et dont le siège se situait à Vichy4, situé en zone libre jusqu'en novembre 1942.

Après le vote des pleins pouvoirs constituants le 10 juillet 1940 par l'Assemblée nationale, la mention République française disparaît des actes officiels : le régime est dès lors désigné sous le nom d’État français. Du fait de son aspect particulier dans l'histoire de France, de sa légitimité contestée5 et du caractère générique de son nom officiel, le régime est le plus souvent désigné sous les appellations Régime de Vichy,Gouvernement de Vichy, voire simplement Vichy.

Les Allemands, qui occupent d'abord le Nord et l'Ouest, et à partir du11 novembre 1942, la métropole tout entière, laissent l'administration française sous l'autorité d'un gouvernement français installé à Vichy et dirigé par le maréchal Pétain, nommé président du Conseil par le président Albert Lebrun. Dès juin 1940, Pétain met en œuvre une politique de collaboration avec les nazis, se substitue au président de la République, qui, bien que n'ayant pas démissionné de son mandat, se retire de la fonction6, et se nomme lui-même « chef de l’État français7 ». Au cours de la guerre, cette collaboration prendra plusieurs formes : coopération économique, arrestations derésistants, de francs-maçons et rafles de Juifs sur le territoire métropolitain. Sur le plan militaire, le régime n'est pas un allié officiel pour le Troisième Reich mais le gouvernement Laval reconnaît la Légion des volontaires français (LVF) comme une association d'utilité publique8 et contribue aussi à l'effort de guerre allemand via la collaboration de son industrie militaire — comme défini dans les conditions d'armistice9. Il fournit en outre à l'occupant une force armée supplétive de répression en métropole, avec la Milice française.
Considérant que la République française n'a jamais cessé d'exister, le général de Gaulle déclare le régime de Vichy « nul et non avenu » à la libération en 1944.

http://fr.wikipedia.org/wiki/France_libre

roman

Premier de cordée est un roman de Roger Frison-Roche écrit pendant son séjour à Alger entre 1938 et 1940, achevé en 1941 (le manuscrit est daté de 22 février) et paru en France en 1942. Il est le premier épisode d'une trilogie qui se poursuit par La grande crevasse et Retour à la montagne.

Premier de cordée paraît d'abord sous forme de feuilleton dans la « Dépêche Algérienne » au début de l'année 1941, le manuscrit est envoyé chez l'éditeur grenoblois Arthaud en septembre de la même année.

L'histoire

Premier de cordée parle d’un jeune homme, Pierre Servettaz, qui vit à Chamonix dans les années 1920-1930. Le garçon aimerait exercer la même profession que son père : guide de haute montagne.

Mais son père Jean refuse qu'il prenne autant de risques. Il est donc en formation d'hôtelier et ne pratique la montagne qu'en tant que loisir. Un jour, son père part aux Drus où, avec le porteur Georges à la Clarisse, il accompagne un client américain, B. Warfield. Un orage se lève pendant la montée, mais Warfield insiste pour continuer, disant qu'il a payé pour monter au sommet. Ils arrivent sans encombre au sommet, mais Jean est foudroyé sur une petite terrasse en contrebas. Georges, encore sous le choc, réussit à ramener le client sain et sauf, mais perd ses pieds, gelés pendant la descente. Une cordée part quelques jours plus tard pour tenter de récupérer le corps. Pierre décide de la rejoindre ; accompagné de ses amis, il se lance donc dans une escalade périlleuse.

c'est une très belle histoire de montagne, poignante, avec beaucoup d'émotions

Roger Frison-Roche en 1975

Frison Roche

http://www.frison-roche.com/

1941 - Parution du feuilleton “Premier de Cordée” à la Dépêche Algérienne

1941 dans les chemins de fer

Chronologie des chemins de fer

1940 dans les chemins de fer - 1941 - 1942 dans les chemins de fer

Chronologie des chemins de fer

1940 dans les chemins de fer - 1941 - 1942 dans les chemins de fer

Statistique annuelle

  • année 1941.France : les chiffres fournis par laSNCFindiquent 8 677 agents« mis à la retraite ou à la réforme »et 1 695 agents révoqués pour vols5

 CINEMA

 

Raymond Legrand et son Orchestre sur scène en 1941

 

 

Ball of fire (1941). Kiss scene. Gary Cooper & Barbara Stanwyck.

Edith Piaf - Le Vagabond - 1941

 

 

Damia " un souvenir " 1941

 

AUTOMOBILES

Plymouth Special DeLuxe 1941 : jamais restaurée!

lymouth Special DeLuxe 1941 : jamais restaurée!

En présence d’une voiture ancienne, nous sommes toujours émerveillés lorsqu’on apprend qu’une édition n’a jamais fait l’objet d’une restauration. Cependant, s’il est certes impressionnant de découvrir un véhicule de 30, 40, voire 50 ans, qui n’a jamais été retouchée, ce n’est pas aussi rare qu’on le pense; il existe encore plusieurs de ces perles. 
 
Un véhicule non restauré, ça n’a pas de prix. En sa présence, on a l’impression d’effectuer un voyage dans le temps. En vérité, c’est comme si le véhicule possédait une âme; il est tel quel, dans l’état de servilité qui a fait le bonheur de ses propriétaires. Tel un guerrier, il a survécu à l’épreuve du temps. 
 
Imaginez maintenant que ce véhicule compte 71 années de service sans que personne ait entrepris sa restauration. On ne parle plus d’une situation banale, mais bien d’une occurrence exceptionnelle.
 
La Plymouth 1941 que vous apercevez dans ce reportage est encore dans son costume d’Adam, ou d’Ève, si vous préférez. Envers et contre tous, elle demeure, droite comme un i.  
 
Ne serait-ce que pour ça, son histoire, en tout point, est exceptionnelle. 
Avant Pearl Harbor
En 1941, la production automobile avait toujours cours aux États-Unis, mais certains constructeurs avaient commencé à ralentir le rythme, occupés qu’ils fussent à fournir du matériel à la Grand Bretagne, alors en pleine défense de son territoire face à l’Allemagne nazie. Chrysler était l’un des constructeurs les plus actifs à ce chapitre. 
 
Néanmoins, lorsqu’on jette un coup d’œil à la production automobile de cette époque, ce n’est qu’à compter de février 1942 qu’on note son arrêt complet, soit deux mois après l’attaque japonaise sur Pearl Harbor. En conséquence, les modèles de l’année 1942 avaient déjà été produits. Il en était bien sûr de même pour tous les modèles 1941. Toutefois, les modèles invendus de ces deux millésimes ont été réquisitionnés pour l’effort de guerre. 
 
Heureusement, notre Plymouth Special DeLuxe 1941 avait déjà trouvé preneur. 
 
CHEZ  CITROEN
 
1940 - 1949
 
 

Citroën Traction 11BL

La Société en 1941

  • Bureau d'études de Citroën travaille sur les carburants alternatifs comme l'alcool, le gaz et l'électricité pour compenser l'impact de rationnement de l'essence.

  • La production annuelle : 13 871 véhicules
  • Les modèles en 1941

    • Une nouvelle essence des véhicules utilitaires arrive sur le marché: le 45G Type avec un producteur de gaz Brandt. Aussi disponible est une autre version de la 45G type avec un producteur de gaz Sabatier-Decauville.

    • Type 11-T série UC série van: plus rapide que le type 11-TU série fourgonnette, et avec une plus grande charge utile.

    • Le type 23 séries LG avec un producteur de gaz Brandt. 

    Calendrier original de 1941 "rencontre imprévue"
    LA  VIE  DE  FRANCINE  CONTINUE

    cadre-photo personnalisé Petite fille
    Tableau « Petite fille »
    Pour consulter cet article

    L'année 1941 à été une très mauvaise année pour Francine
    l'hiver elle était malade et restait enfermé pendant plusieurs semaines 
    elle ne suportait pas le froid et des bronchites chroniques lui interdisaient
    de sortir de la maison
    c'était la première année d'école, qui se trouvait juste en face de la maison, très pratique pour la Mémé, mais Francine n'aimait pas l'école et le 1er jour de la rentrée à été un choc, à l'heure de la sortie Mémé est venue chercher sa petite fille Francine, et là, la maitresse lui dit qu'il n'y avait pas de Francine dans l'école......... surprise, après des recherches dans l'école, la maitresse trouve une petite fille, bien tranquillement assise mais bien cachée, elle dit à Mémé "mais ce n'est pas elle, c'est Christiane" ........ Mémé se resaisie et dit mais si c'est ma petite fille, dans le doute on apelle la Directrice et après explications, Francine dit comme excuse qu'elle n'aime pas non prénom
    voila les premières révélations de son caractère  
    Hiver très froid
    1941-1942 — Après un début d'hiver à peu près normal, des gelées sérieuses ont commencé le 28 décembre et se sont poursuivies presque sans arrêt jusqu'au 4 mars, à part un léger réchauffement du 27 au 30 janvier. Des chutes de neige très fréquentes ont été observées pendant le mois de janvier.
    La température moyenne de janvier a été inférieure à la normale de 3° à 5°, sauf en Bretagne et dans le Roussillon où le déficit n'a été que de 2° ; celle de février a été en général inférieure de 5° à 6°. A Paris, les valeurs des températures moyennes de janvier et février 1942, respectivement — 1° 1 et — 1° 9, classent ces deux mois parmi les plus froids de la série d'observations.
    Les minima de janvier, notés le 12 et le 13 dans le sud-ouest, et le 22 et le 23 dans les autres régions, ont atteint — 7° 1 à Marseille, — 10° 0 à Toulouse, —10° 6 à Montélimar, —11° 5 à Pau, — 14° 3 à Paris, — 15° 2 à Lille, — 18° 0 à Chartres, — 18° 4 à Bourges, — 19° 6 à Besançon, — 20° 7 à Lyon, — 22° 0 à Clermont-Ferrand, — 23° 2 à Ramon champ-(Vosges). En février, les minima ont été un peu moins bas, sauf à Marseille (— 8° 0) et à Toulouse (— 10° 4).
    A Paris, les gelées ont été ininterrompues du 30 janvier au 3 mars. Cette période de 33 jours successifs de gelées place a ce point de vue cet hiver au second rang, une période de 35 jours ayant été déjà observée du-13 janvier au 16 février 1917. Par son nombre de 28 jours de gelées, février 1942 est comparable à février 1895. Un verglas remarquable est tombé du 22 au 24 février. Le nombre de 14 jours de neige à Paris en janvier est le plus fort, qui ait jamais été noté en ce mois.
    —Cinq hivers seulement ont, de 1873, à 1942, présenté à Paris-Saint-Maur une température moyenne inférieure à +1° : 1879-1880 avec — 1° 5,1890-1891 avec — 0° 5, 1894-1895 avec — 0° 3, 1941-1942 avec + 0° 4 et 1928-1929 avec + 0° 8. L'hiver 1941-1942 est donc à Paris le plus froid depuis celui de 1894-1895 Jusqu'a 1942).

    Maguy travaille toujours à Paris chez "nos petits" 
    elle fabrique les vêtements pour enfants
    sa patronne est la Marraine de Francine 
    car à son baptème il n'y avait plus de marraine elle avait eu un imprévue, donc Myriame c'est proposée de la remplacer 
    tout se passait très bien à part le métro matin et soir

    Lulu, ce n'était pas pareil, il allait mal, tous les soirs c'était la répétition de musique mais maintenant il n'était plus capable de jouer normalement et s'en prenait à son tuba en le tapant sur la cheminée qui ne lui avait rien fait. Pour se faire pardonner il a acheté à Francine une très jolie poupée Raynald, mais elle n'avait pas de cheveux .....
    pas pour longtemp, car Francine y a remédié de suite
    elle s'est enfermé dans la chambre, s'est coupé une poignée de cheveux du dessus de la tête et s'est débrouillée à les coller sur la tête de la poupée.........
    ce n'était que de petites bétises mais ça énerve beaucoup
    il y en aura d'autres............

16:31 Publié dans Blog, Coup de coeur/Coup de griffe, Economie, Livre, Photos/Dessins | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook | | Pin it! | | | |  del.icio.us | Digg! Digg

12/03/2012

Que s'est il passé en 1938 ?

Équipe de France de football à la Coupe du monde 1938

 
 

 Cet article relate le parcours de l'équipe de France de football lors de la Coupe du monde de football 1938 organisée en France du 4 juin au19 juin 1938.

Effectif

Numéro / NomÉquipe actuelleDate de naissanceJ.ButsYellow card.svgYellow card.svgRed card.svgRed card.svg
Gardiens de but
- Julien Darui Olympique lillois 16.02.1916 0 0 0 0 0
- Laurent Di Lorto FC Sochaux 01.01.1909 2 0 0 0 0
- René Llense FC Sète 14.07.1913 0 0 0 0 0
Défenseurs
- Abdelkader Ben Bouali Olympique de Marseille 25.10.1912 0 0 0 0 0
- François Bourbotte SC Fives 24.02.1913 0 0 0 0 0
- Hector Cazenave FC Sochaux 13.04.1914 2 0 0 0 0
- Raoul Diagne RC France 10.11.1910 2 0 0 0 0
- Etienne Mattler FC Sochaux 25.12.1905 2 0 0 0 0
- Jules Vandooren Olympique lillois 30.12.1908 0 0 0 0 0
Milieux de terrain
- Jean Bastien Olympique de Marseille 21.06.1915 2 0 0 0 0
- Edmond Delfour Racing Club de Roubaix 01.11.1907 2 0 0 0 0
- Oscar Heisserer RC Strasbourg 18.07.1914 2 1 0 0 0
- Lucien Jasseron Le Havre AC 29.12.1913 0 0 0 0 0
- Auguste Jordan RC France 21.02.1909 2 0 0 0 0
- Ignace Kowalczyk FC Metz 27.12.1913 0 0 0 0 0
- César Povolny Le Havre AC 19.07.1914 0 0 0 0 0
Attaquants
- Alfred Aston Red Star 16.05.1912 2 0 0 0 0
- Michel Brusseaux FC Sète 19.03.1913 0 0 0 0 0
- Roger Courtois FC Sochaux 30.05.1912 0 0 0 0 0
- Jean Nicolas FC Rouen 09.06.1913 2 2 0 0 0
- Émile Veinante RC France 12.06.1907 2 1 0 0 0
- Mario Zatelli Olympique de Marseille 21.09.1912 0 0 0 0 0
Sélectionneur
  Gaston Barreau   07.12.1883          
Préparateur physique
  Maurice Cottenet   11.02.1895          

Bien que sélectionné, César Povolny n'a jamais porté le maillot de l'équipe de France.article relate le parcours de l'équipe de France de football lors de la Coupe du monde de football 1938 organisée en France du 4 juin au19 juin 1938.

 

Grand Prix automobile de France 1938

Le Grand Prix de France 1938 est un Grand Prix comptant pour le Championnat d'Europe des pilotes, qui s'est tenu sur le circuit de Reims-Gueux le 3 juillet 1938 

Classement de la course[modifier]

PosnoPiloteÉcurieChâssisToursTemps/AbandonGrillePoints
1 26 Drapeau : Troisième Reich Manfred von Brauchitsch Daimler-Benz AG Mercedes-Benz W154 64 h 4 min 38 s 5 2 1
2 24 Drapeau : Troisième Reich Rudolf Caracciola Daimler-Benz AG Mercedes-Benz W154 64 min 31 s 1 3 2
3 28 Drapeau : Troisième Reich Hermann Lang Daimler-Benz AG Mercedes-Benz W154 63 + 1 tour 1 3
4 4 Drapeau de la France René Carrière Talbot-Darracq Talbot T150C 54 + 10 tours 6 4
Abd. 2 Drapeau de la France Philippe Étancelin Talbot-Darracq Talbot T150C 38 Moteur 7 5
Abd. 10 Drapeau de la France Eugène Chaboud SEFAC SEFAC 2   8 7
Abd. 16 Drapeau de la Suisse Christian Kautz Auto Union Auto Union Type C/D 1 Accident, essieu arrière 4 7
Abd. 22 Drapeau de la France Jean-Pierre Wimille Bugatti Bugatti T59/T50B3 1 Arrivée d'huile 9 7
Abd. 18 Drapeau : Troisième Reich Rudolf Hasse Auto Union Auto Union Type C/D 1 Accident 5 7
Np. 6 Drapeau : Pays inconnu ? Talbot-Darracq Talbot T150C   Non partant   8
Np. 8 Drapeau de la France Joseph Paul Louis Delage Delage 145   Pilote blessé   8
Np. 12 Drapeau de l'Italie Achille Varzi Officine A. Maserati Maserati Tipo 8CTF   Non partant   8
Np. 36 Drapeau de l'Italie Carlo Felice Trossi Officine A. Maserati Maserati Tipo 8CTF   Non partant   8
Np. 20 Drapeau : Troisième Reich Hermann Paul Müller Auto Union Auto Union Type C/D   Accident aux essais   8
Np. 30 Drapeau de la France René Dreyfus Écurie Bleue Delahaye 145   Non partant   8
Np. 32 Drapeau de l'Italie Gianfranco Comotti Écurie Bleue Delahaye 145   Non partant   8
Np. 34 Drapeau : Pays inconnu ? Écurie Bleue Delahaye 145   Non partant   8
Np.   Drapeau du Royaume-Uni Richard Seaman Daimler-Benz AG Mercedes-Benz W154   Pilote de réserve   8
Np.   Drapeau : Troisième Reich Ulrich Bigalke Auto Union Auto Union Type C/D   Pilote de réserve   8
bugatti type 57
 
La Bugatti Type 57 est souvent considéré comme l'un des modèles les plus importants de l'histoire du constructeur. Dévoilée dans différentes carrosseries (berline, coupé, cabriolet), la Française gagnera même les 24 heures du Mans dans sa version sport "tank". Véritable voiture de collection, un exemplaire à restaurer a été adjugé au salon Rétromobile 2009 à 3 417 500 euros© Cécile Debise / L'Internaute Magazine

753px-LangH-MB-W125-1977.jpg

 Une Mercedes-Benz W125 de 1937

POLITIQUE

Guerre d'Espagne

La guerre d'Espagne (souvent également désignée sous le nom de guerre civile espagnole ou moins fréquemment de révolution espagnole6) est un conflit qui opposa, en Espagne, le camp des « nationalistes » à celui des « républicains » ces derniers réunissant, parfois avec de vives tensions, communistes, socialistes, républicains et anarchistes. Elle se déroula dejuillet 1936 à avril 1939 et s'acheva par la défaite des républicains et l'établissement de la dictature de Francisco Franco, qui conserva le pouvoir absolu jusqu'à sa mort en 1975.

Cette guerre fut la conséquence, sur le long terme, des malaises sociaux, économiques, culturels et politiques qui accablaient l'Espagne depuis plusieurs générations. Après la proclamation de la IIe République en 1931, l'exacerbation croissante des tensions entre Espagnols culmina avec l'insurrection durement réprimée des Asturies (1934) et la résurgence de troubles civils et de violences réciproques au printemps 1936, après la victoire électorale du Frente Popular. Préparé de longue date, le soulèvement militaire et civil du camp nationaliste éclata le 18 juillet 1936, mais sa mise en échec partielle contraignit les deux camps à se livrer une guerre totale imprévue, longue et meurtrière.

Le conflit prit aussi la forme, dans certains territoires sous contrôle républicain, d'une révolution sociale originale qui aboutit à la collectivisation des terres et des usines, et expérimenta différentes sortes d'organisation de type socialiste(soutenues notamment par des anarchistes de la CNT7).

The El Campesino directing Republican soldiers at Villanueva de la Canada.jpg

Guerre civile espagnole

Valentín González menant les soldats républicains de la 45edivision dans les environs de Villanueva de la Cañada, lors de la bataille de Brunete.

Bilan de la guerre civile[modifier]

Refuge contre les bombardementsaériens dans la ville de Valence.

Particulièrement violente, et durablement traumatisante, la guerre d'Espagne est tristement célèbre comme théâtre de multiples exactions. Elle vit en particulier les premiers bombardements militaires sur les civils, perpétrés par l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste, alliés de Franco, l'élimination du POUM et de ses responsables antistaliniens par le NKVD et des anarchistes par le Parti communiste espagnol, des massacres spontanés de suspects, d'hommes d'Église ou de membres des classes moyennes et dirigeantes par des anarchistes et des communistes dans les mois qui suivirent la sédition militaire, tandis que le nouvel État nationaliste se construisait à travers la terreur et l'épuration systématiques. En particulier, les franquistes refusèrent toutes les propositions adverses de compromis et poursuivirent, après leur victoire, une répression incessante et de très grande ampleur35.

Cette guerre civile fut également le théâtre des prémices de la Seconde Guerre mondiale, les futurs belligérants européens commençant à s'y affronter plus ou moins directement : l'Allemagned'Hitler et l'Italie de Mussolini apportèrent leur soutien à Franco, tandis que l'Union soviétique de Staline vendit des armes aux républicains (tout en cherchant la prise de pouvoir au sein de la République). La France et le Royaume-Uni choisirent la non-intervention et le blocus des exportations d'armes, mais laissèrent les Brigades internationales s'engager aux côtés des républicains.

La guerre d'Espagne divisa et passionna les opinions publiques du monde entier. L'engagement de nombreux intellectuels et artistes auprès des combattants, en particulier dans les Brigades internationales, a contribué à lui faire acquérir très vite une dimension légendaire qui perdure encore.

Par ailleurs, pour certains historiens, la Seconde Guerre mondiale a débuté avec la guerre civile qui oppose en effet de 1936 à 1939républicains et nationalistes en Espagne et qui fait environ 400000 morts. Dès 1936, les Européens y voient un conflit à portée universelle : pour la gauche, elle marque l'expansion du fascisme, et pour la droite, elle révèle la menace du bolchévisme.

Fin de la résistance républicaine

Le 23 décembre 1938, les franquistes lancent l'offensive finale contre la Catalogne et

un mois plus tard, le 26 janvier 1939, ils entrent à Barcelone.

Vers tous les postes-frontières des Pyrénées affluent de longues files de réfugiés,

civils et combattants, qui fuient la répression nationaliste. C'est la «Retirada».

Pas moins de 400.000 au total vont passer en France et un grand nombre y faire

souche.

Le gouvernement de Negrin est renversé le 5 mars 1939 par une junte formée

à Madrid sous la houlette du général Miaja qui se dispose à négocier sa

reddition avec Franco... Enfin, le 28 mars 1939, les nationalistes espagnols

entrent à Madrid. Ils font le défilé de la victoire devant Franco.

Le 1er avril 1939, Franco publie un laconique communiqué de victoire: 

«La guerre est finie». C'est la fin d'une guerre civile de trois ans qui aura

coûté à l'Espagne environ 400.000 morts et autant d'exilés. C'est

aussi la fin de la «République démocratique des travailleurs de toutes classes»,

née en 1931.

Mais le pays n'est pas au bout de ses malheurs. De longues colonnes de

réfugiés républicains se pressent à la frontière des Pyrénées et demandent

asile en France. La répression, dans les premières années de la dictature

franquiste va encore faire plusieurs centaines de milliers de victimes.

Et ce n'est que bien après la Seconde Guerre mondiale que l'Espagne

accèdera enfin à la sérénité...

Crise des Sudètes et accords de Munich

Article détaillé : Crise des Sudètes.

Poursuivant ses objectifs pangermanistes, Hitler menace ensuite la Tchécoslovaquie.

Les régions de la Bohême et de la Moravie situées le long des frontières du

 Grossdeutschland, appelé Sudètes, sont majoritairement peuplées par la minorité

allemande. Comme pour l’Autriche, Hitler affirme ses revendications en s’appuyant

sur les agitations de l’organisation nazie locale, menée par Konrad Henlein. Le Führer 

évoque le « droit des peuples » pour exiger de Prague l’annexion au Reich des Sudètes.

Bien qu’alliée à la France (et à l’Union soviétique), la Tchécoslovaquie ne peut compter

sur son soutien. Paris veut absolument éviter le conflit militaire, incitée en cela par

le refus britannique de participer à une éventuelle intervention. Le souvenir de la Grande

Guerre influence également cette attitude : si les Allemands ont développé le désir

de revanche, les Français entretiennent quant à eux une ambiance générale résolument

pacifiste.

Le 29 septembre 1938, conformément à une proposition de Mussolini faite la veille,

Adolf Hitler, le président du Conseil français Édouard Daladier, le Premier ministre

britannique Neville Chamberlain et le Duce italien Benito Mussolini, réunis dans la

capitale bavaroise, signent les accords de Munich. La France et le Royaume-Uni

acceptent que l’Allemagne annexe les Sudètes, pour éviter la guerre. En échange,

Hitler, manipulateur, assure que les revendications territoriales du Troisième Reich

s'arrêteront là. Le lendemain, la Tchécoslovaquie, qui avait commencé à mobiliser,

est obligée de s’incliner. Parallèlement, le Troisième Reich autorise la Pologne et

la Hongrie à s’emparer respectivement de la ville de Teschen et du sud de la 

Tchécoslovaquie.

Maître-d’œuvre de la politique d’« apaisement » avec le Reich, le Premier ministre

britannique Neville Chamberlain a alors ce mot fameux : « Hitler est un gentleman ».

Mais alors que les opinions publiques française et britannique sont enthousiastes, 

Winston Churchillcommente : « Entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le

déshonneur. Et vous allez avoir la guerre. » De fait, Hitler rompt sa promesse à peine

quelques mois plus tard.

En mars 1939, la République slovaque, encouragée par Berlin, proclame son

indépendance ; son leader, Jozef Tiso place son pays sous l’orbite allemande. Hitler,

lors d’une entrevue dramatique à Berlin avec le président tchécoslovaque Emil Hácha 

(remplaçant le président démissionnaire Edvard Beneš), menace de bombarder Prague

 si la Bohême et la Moravie ne sont pas incorporées au Reich. Le 15 mars, Hácha cède,

et l’armée allemande entre à Prague sans combat le lendemain. La Bohême et la

 Moravie deviennent le Protectorat de Bohême-Moravie, dirigé par Konstantin von Neurath

 à partir de novembre 1939, puis de 1941 à son exécution par la résistance tchèque

en mai 1942, par le haut chef SS Reinhard Heydrich, surnommé « le boucher de Prague ».

En mettant la main sur la Bohême-Moravie, le Reich s’empare par la même occasion

d’une importante industrie sidérurgique et notamment des usines Škoda, qui

permettent de construire des chars d’assaut. En annexant des populations slaves

et non plus allemandes, Hitler a jeté le masque : ce qu'il poursuit n'est plus le

pangermanisme classique mais, ainsi qu'il l'avoue sans fard à ses généraux

le 23 mai 1939, la conquête d'un espace vital illimité.

 

CINEMA

Débuts du parlant

L'arrivée du cinéma parlant est un tremblement de terre qui réveille l'Endormie. 20 salles sonorisées sont recensées en France en 1929 ; elles sont déjà 1 000 en 1931 et 4 250 en 1937. Une belle génération de réalisateurs et une foule d'acteurs talentueux, venant le plus souvent du théâtre, permettent la production de plusieurs chefs-d'œuvre. Le public suit, même si on reste très loin des chiffres anglais, typiques d'une civilisation urbaine, tandis que la France compte encore la moitié de sa population à la campagne. 150 millions de spectateurs en 1929, 234 en 1931 puis 453 en 1938 (avec une baisse en 1932, d'où l'instauration en 1933 du « double programme », deux long-métrages par séance pour le prix d’un seul, généralement un américain et un français), la progression est belle. Elle s'arrête provisoirement là, car une grève paralyse pendant plusieurs mois le monde cinématographique français au premier semestre 1939. La guerre mettra tout le monde d'accord… La période révèle les premières vedettes du cinéma parlant. Citons ici Arletty, Annabella, Louis Jouvet, Victor Francen, Charles Boyer, Mireille Balin, Viviane Romance, Pierre Fresnay, Harry Baur, Charles Vanel, Albert Préjean, Madeleine Renaud, Pierre Blanchar, Fernand Gravey, Pierre Richard-Willm, FernandelJean GabinRaimuDanielle Darrieux et Michel Simon du côté des acteurs, Sacha GuitryJulien DuvivierJean RenoirRené Clair, Jean Grémillon, Henri Decoin, Marcel Pagnol pour ne citer qu'eux, chez les réalisateurs

 

Entrée des artistes (1938

 

Un extrait de Entrée des artistes au cours duquel Louis Jouvet vient défendre une de ses élèves au conservatoire .. 

 

Entrée des artistes,Marc Allegret (1938) Scenario:André Cayatte,Henri Jeanson. Avec Louis Jouvet. 

 

 

Pierre Fresnay, de son vrai nom Pierre Jules Louis Laudenbach, est un acteurfrançais, né le 4 avril 1897 à Paris 5e et mort le 9 janvier 1975 à l’hôpital américain de Paris, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)1.

Affiches du film Entrée des artistesAffiches du film Entrée des artistesAffiches du film Entrée des artistes

 

Jean Gabin and Michèle Morgan: Le Quai Des Brumes, 1938Jean Gabin et Michèle Morgan: Le Quai Des Brumes, 1938


Jean Gabin - la belle équipe

Jean Gabin - pépé le moko

Michel Morgan et Jean Gabin dans quai des brumes

 

LA CHANSON


 

Je chante (chanson)

 
 

Je chante est une chanson de Charles Trenet, datant de 1938, composée par

Charles Trenet et Paul Misraki.

L'auteur-compositeur-interprète l'écrit pour le film musical du même nom, Je chante,

de Christian Stengel (1938). Dans cette chanson, un pauvre vagabond décrit sa vie,

uniquement remplie par le chant. À la fin de la chanson, emprisonné par les gendarmes,

il se pend pour retrouver laliberté et revient sous forme de fantôme. Ainsi, malgré des couplets légers et insouciants en apparence, la chanson s'achève sur un suicide. 

 

CDDOC5454.jpg

Guy Lafarge 

 

Guy Lafarge (Périgueux5 mai 1904 - Paris17 décembre 19901) est un 

compositeur français.

  • Ancien élève du conservatoire de Bordeaux et de l'Ecole des travaux 
  • publics, Guy Lafarge s'intéresse très tôt à l'opérette. Après une
  •  première œuvre écrite  en 1929, au régiment (Le Capitaine Tic), 
  • il fait représenter Niquette à Paris, au Trianon-Lyrique, en 1930. 
  • SuiventCarabas et Cie en 1932 (Paris, Trianon-Lyrique), 
  • Monsieur Papillon en 1934 (Paris, Trianon-Lyrique), Camille ou 
  • Tu seras gendarme en 1937 (Paris, Théâtre de la Madeleine).
  • En 1938, Guy Lafarge aborde le domaine de la chanson en
  •  écrivant pour,  Marie DubasJean Lumière et l'orchestre
  •  Jo Bouillon. Mobilisé au début de la Seconde Guerre mondiale
  •  et fait prisonnier, il revient de captivité en 1942
  • Il écrit La course à l'amour, la première création de
  •  Georges Guétary (Paris,  Théâtre des Nouveautés1942),
  •  et Bel Amour (également créé à Paris,aux Nouveautés,1943).

Ivo Livi dit Yves Montand , est un chanteur et acteur français d'origine italienne.
Né le13 octobre  1921 à Monsummano Terme, en Toscane (Italie), il décède
le 9 novembre1991 à Senlis (Oise), en France.

 En 1938, à l'âge de dix-sept ans, il décroche une place de chauffeur 


Des nouvelles de Francine


Et pendant ce temps Francine grandit gentiement avec des
 
promenades en landeau poussé très souvent par Mémé ,
 
à la porte de Saint Cloud il y un square reposant car il n'y
 
a pas de circulation d'autos à cette époque

Banque d'Illustrations - peu, fille. fotosearch 
- recherchez des 
cliparts, des 
illustrations, 
des dessins et 
des images vectorisées 
au format eps
 
Banque d'Illustrations - mignon, peu, girl, 
rotation, dreidel. 
fotosearch - recherchez 
des cliparts, 
des illustrations, 
des dessins et 
des images vectorisées 
au format eps
 
 
 
peu, girl
 
Le jardin de la Porte de Saint-Cloud et le square Coquoin sont deux espaces
verts du 16e arrondissement de Paris, en France.

Jardin de la Porte de Saint Cloud et Square Coquoin

adresse : Avenue Ferdinand Buisson 75016 Paris 

Ouverts en 1930, ces jardins de 33 597m² qui communiquent par une passerelle
et un tunnel, proposent aux enfants une aire de jeux, des tables de ping-pong et
une aire de jeux de ballons.

Le jardin est accessible aux handicapés.

Accès : avenue Ferdinand-Buisson, Métro : Porte de Saint-Cloud (ligne 9)

75016 Paris 


 

Place de la porte de Saint-Cloud - Les Fontaines

 

Place de la porte de Saint-Cloud - Les Fontaines

 

 

 

La vie de la France et de Francine en 1937

Tour de France 1937

Le 31e Tour de France a eu lieu du 30 juin au 25 juillet 1937 sur 20 étapes pour 4 415 km.

Tour de France 1937.png

Généralités

  • Ce Tour se caractérise par de nombreuses étapes fractionnées en 2 ou 3 secteurs, soit 31 arrivées d'étapes différentes.
  • Le dérailleur est autorisé pour la première fois.
  • À la fin de la 16e étape à Bordeaux, une pénalité de 15 secondes pour le maillot jaune du moment, Sylvère Maes, provoque sa colère et son abandon du Tour avec toute l'équipe belge1,2.
  • La vitesse moyenne de ce Tour est de 31,768 km/h.
  • Classement général

     
    Classement général final
    1. Roger Lapébie Drapeau de France France 138h58'31"
    2. Mario Vicini Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Italie à 7'17"
    3. Léo Amberg Drapeau de Suisse Suisse à 26'13"
    4. Francesco Camusso Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Italie à 26'53"
    5. Sylvain Marcaillou Drapeau de France France à 35'36"
    6. Edward Vissers Drapeau de Belgique Belgique à 38'13"
    7. Paul Chocque Drapeau de France France à 1h05'19"
    8. Pierre Gallien Drapeau de France France à 1h06'33"
    9. Erich Bautz Drapeau : Allemagne Reich allemand à 1h06'41"
    10. Jean Fréchaut Drapeau de France France à 1h24'34"
    98 partants, 46 classés  

    POLITIQUE
  • Crise

    Mais les difficultés du Front populaire ne furent pas pour autant effacées. En effet, la France était dans une grave crise économique depuis 1931, et la politique économique du Front populaire ne parvint pas à relancer la production, la consommation, ni à réduire le chômage. Ainsi, la hausse des prix annula vite celle des salaires prévue par les accords de Matignon. Ce fut une des causes de la chute du Front populaire, très vivement critiqué par la presse dès l'automne 1936.

    Sur le plan intérieur, le gouvernement Blum parvint à résoudre la crise sociale. Mais dès l'été 1937, il dut faire face à diverses difficultés économiques qui le poussèrent à dévaluer (voir dévaluation) le franc dès le 17 septembre, cette situation transforma l'inquiétude de la droite en opposition résolue. Le 24 février 1937, il décide également une pause dans les réformes. Des réformes importantes comme celles des retraites sont alors abandonnées[réf. nécessaire]. La pause ne rencontre guère la réussite, puisqu'elle déçoit l'aile gauche de la SFIO et le PCFsans apaiser l'opposition de droite, qui la considère comme un aveu de faiblesse du gouvernement.

    Par ailleurs, les attaques calomnieuses de l'extrême droite affaiblirent plusieurs personnalités du Front populaire, à commencer par Blum lui-même : son arrivée au pouvoir déclencha en effet une vague d'antisémitisme d'une très grande ampleur, visant à remettre en cause sa crédibilité et sa loyauté aux intérêts de la France. De même, une campagne médiatique agressivement diffamatoire menée notamment par l'Action française et par Gringoire45 déstabilisa Roger Salengro, ministre SFIO de l'Intérieur et l'un des principaux artisans des accords de Matignon. Accusé, sans aucun fondement46, à partir du 14 juillet 1936 d'avoir été déserteur durant la Première Guerre mondiale, il fut rapidement innocenté, mais ne supporta pas de voir son honneur de patriote sali et se suicida le 17 novembre 193647.

    Dans la presse française se formèrent de fait deux camps bien distincts, d'une part les partisans du Front populaire (l'HumanitéLe PopulaireL'ŒuvreVendrediMarianne, etc...), d'autre part les opposants (L'Action françaiseL'Ami du peupleLe JourCandideGringoire,Je suis partout, à l'extrême droite ; L'Écho de ParisLe Temps, à droite, etc...). Entre ces deux positions, très peu de journaux ou d'hebdomadaires jouèrent la carte de la neutralité. La presse allant dans le sens du Front populaire était largement plus faible que la presse d'opposition et l'une comme l'autre contribuèrent à l'échec du gouvernement du Front populaire. C'est dans la presse étrangère, notamment anglo-saxonne, que parurent les analyses les plus objectives.

    Le 21 juin 1937, le premier gouvernement Blum présenta sa démission. Le radical Camille Chautemps prit sa succession. Il reprit, à un rythme ralenti, les réformes du Front populaire, créant, notamment, la SNCF. L'aggravation de la situation économique (creusement du déficit budgétaire) poussa Chautemps à réclamer les pleins pouvoirs, ce qui lui fut refusé le 9 mars 1938, en partie à cause des votes socialistes[réf. nécessaire]. Son ministère prit fin suite à ce refus.

    Ensuite, en mars-avril 1938, après avoir été rappelé le 13 mars par le président de la République Albert Lebrun, Léon Blum forma un éphémère gouvernement, puis démissionna, n'arrivant pas à obtenir les pleins pouvoirs financiers auprès du Sénat, dans le but d'appliquer de grandes réformes financières pour sortir la France du marasme économique. Le radical Édouard Daladier le remplaça, décidé à « remettre la France au travail » et revint sur plusieurs réformes du Front populaire.

    Bilan

    Le bilan du Front populaire est « contrasté »48. Il introduit de nombreuses réformes historiques, notamment en matière économique et sociale : congés payés, semaine de quarante heures (réduction du temps de travail), établissement des conventions collectives.

    La question de l'héritage du Front populaire, de l'état dans lequel il laissa la France en 1938, suscita bien des passions. Ainsi, le régime de Vichy lui attribua la responsabilité de la défaite française face à l'Allemagne nazie, ce que les historiens ne font pas49. On retient de cette période ces grèves joyeuses et les premiers congés payés qui permirent à des travailleurs de partir en vacances souvent pour la première fois (Léon Blum parle d'« embellie dans les vies difficiles »).

    le spectacle

    Le théâtre de Belleville est un théâtre aujourd'hui disparu inauguré le 25 octobre 1828 dans le village de Belleville, situé alors dans la banlieue parisienne proche. Il s'élevait dans la cour Lesage, une cour ouverte sur larue de Paris (aujourd'hui rue de Belleville) à la hauteur du numéro 46 et sur la rue du Théâtre (une rue aujourd'hui disparue qui donnait dans la rue de Tourtille).

    En janvier 1860 il devient un théâtre parisien, suite à l'agrandissement de Paris qui annexe le village de Belleville.

    En 1932 il est démoli et remplacé par un nouveau bâtiment dont seul le rez-de-chaussée offre une salle de spectacle.

    À partir de janvier 1937 et jusque dans les années 1940 y alternent théâtre et cinéma, puis c'est juste une salle de cinéma.

    En 1958 il est transformé en music-hall et ferme définitivement en 1962.

    Belleville compta jadis au moins deux autres théâtres également aujourd'hui disparus : le théâtre populaire de Belleville et le théâtre nouveau.

    Fichier:Théâtre de Belleville 2.jpg

    Le théâtre au fond de la cour Lesage vu depuis la rue de Belleville.



    Le théâtre au fond de la cour Lesage vu depuis la rue de Belleville.

    Reconstruction, continuité et disparition du théâtre de Belleville

    Le directeur du théâtre, Joseph-Édouard Holacher, par toutes sortes de démarches financières, avec le soutien de la population bellevilloise, du milieu professionnel et de la mairie du 20ème arrondissement parvient en moins d'un an à le faire reconstruire à l’identique.

    À l'automne 1870, durant le siège de Paris, on y donne une représentation dont la recette est destinée à servir à l’achat d’un canon ou d’une mitrailleuse en faveur d’un bataillon bellevillois de la garde nationale.

    Henri Avenel nous apprend qu'en 1889 se trouve juste derrière ce théâtre la célèbre goguette de Lepilleur8. Son adresse exacte est 12, rue du Théâtre9.

    De 1862 à 1907 le théâtre de Belleville est dirigé par Joseph-Édouard Holacher, puis ses fils Édouard et Louis. Après le décès d'Édouard Holacher les deux directeurs qui lui succèdent eurent bien du mal à continuer à faire vivre le théâtre. C’est qu’il ne se trouvait désormais plus le seul théâtre dans son secteur. Il y avait aussi le théâtre populaire de Belleville et le théâtre nouveau, situés près de lui au bord de la rue de Belleville.

    En 1932, le directeur de l’époque, Paul Caillet, fait détruire le bâtiment du théâtre de Belleville et élever à sa place un immeuble de style Art déco avec un théâtre de 1300 places au rez-de-chaussée compris dans un complexe comprenant un restaurant, un dancing et un garage.

    À partir de janvier 1937 et jusqu’à la fin des années 1940 dans la salle alternent en soirées théâtre et projections de films. Puis c'est juste un cinéma assez pittoresque avec deux balcons dans la salle. Il conserve le nom de théâtre de Belleville.

    En 1958 il devient un music-hall. En 1962, il ferme.

    L'immeuble est vendu à une société de distribution alimentaire asiatique.

    Aujourd'hui et depuis quelques années, c'est un restaurant qui occupe l'emplacement de l'ancien Théâtre de Belleville, dont seule dans le quartier la pharmacie du Théâtre, toujours existante, rappelle le souvenir.

    Les artistes

    Gerard Deschamps est un artiste plasticien français né en 1937 à Lyon.

    Gérard Deschamps

    artiste français du Nouveau Réalisme

    Les oeuvres les plus récentes de Gérard Deschamps contrastent singulièrement avec ses premières réalisations. Exit les tissus usagés, désormais Deschamps expose ses pneumostructures, objets arrondis, lisses, standardisés, formatés, aux couleurs criardes, glanés en supermarché : la société de loisir et de consommation, les concepts marketing sont figurés ici, sans pour autant faire réellement l'objet d'une dénonciation; les pneumostructures conservent en effet toute la dimension ludique de leur matière première. L'artiste reste finalement fidèle à lui-même, en cela qu'il continue à associer des éléments détournés de leur usage initial dans une volonté de conservation des choses de son temps.

    gérard deschamps casimir


    Fichier:Deschampsgerard.png
    Gérard Deschamps (Capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain).


    Yves Lévêque est un artiste français né le 2 janvier 1937 à Boulogne-Billancourt, de mère nord-américaine et de père français.Fichier:Yvesleveque.jpg

    Biographie

    Après des études secondaires il s'engage dans la peinture dès 1962 en pur autodidacte. Il rencontre alors un grand nombre de philosophes parmi lesquels François ChâteletGilles Deleuze, et Kostas Axelos, qui deviennent des amis; ainsi que des auteurs comme Julien Green,Jean PaulhanGiuseppe Ungaretti. Il quitte Paris en 1967 pour la campagne où il demeure jusqu'à ce jour, car son "locus patriae" est le champ, la terre, les oiseaux ou les insectes.

    Sa première galerie fut celle d'Henriette Gomès, la marchande de Balthus puis des Clarac, et la Galerie du Dragon. S'ensuivent toute une série d'expositions dans les galeries, les salons et les musés.

    Ses expositions à la Galerie Jacques Bailly, Daniel Gervis et maintenant la Galerie Guillaume, eurent des préfaciers exceptionnels: Michel Tournier, François et Noëlle ChâteletGermain Viatte, etc.

    "Le cheminement d'Yves Lévêque est d'une rare cohérence. Tout ramène au centre même de sa méditation: la terre. Pour cet artiste exigeant, ce thème, toujours repris sous mille facettes différentes, est d'une richesse inépuisable: le miroir du monde. Cette peinture a la transparence blonde et nacrée de la lumière; des champs elle a la densité, le poids, une certaine qualité granuleuse, presque tactile. Elle est aussi peinture de silence et d'apparente immobilité, d'un lyrisme grave d'autant plus émouvant, qu'il est exactement contrôlé." Michel Tournier1

     

    Marc Danval, né à Ixelles le 18 février 1937 est écrivain, artiste et chroniqueur de jazz et de gastronomie belge d'expression francophone,comédien au Théâtre royal du Parc de Bruxelles jusqu'en 1961.

    Grand collectionneur de disques et spécialiste du jazz belge, il est aussi producteur et animateur de l'émission La Troisième Oreille sur laRTBF, et une personnalité de la radio1 et de la télévision. Il fréquente Montmartre aussi souvent qu'il le peut2, mais vit et travaille à Ixelles.

    Bibliographie

    • Le règne de Sacha Guitry, biographie, Pierre De Méyère, Bruxelles, 1971
    • Bon appétit Bruxelles, gastronomie, Collet, Bruxelles, 1982
    • Parmi moi seul, poésie, Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1983
    • Les poètes du jazz, théâtre, Bruxelles, le 5 février, 1985, créé à la Compagnie Ivan Baudouin-Lesly Burton, avec Lesly Burton, le pianiste Charles Loos et l'auteur
    • Cuisine traditionnelle en Hainaut, Libro-Sciences, 1990
    • L'énigme résolue de Verlaine à la Trappe de Forges-lez-Chimay, C.G.R.I., 1996
    • L'insaisissable Robert Goffin, biographie, Quorum, 1998
    • Toots Thielemans, biographie, Racine, 2006

     

    Notes

    1.  Il est ambassadeur du monde de la radio auprès du vieux marché des Marolles
    2.  il est député-membre de la République de Montmartre

     

    Pendant ce temps la petite Francine grandit gentiment

    son papa Lulu travaille chez Renault comme dessinateur au bureau d'études

    et le soir il répète ses partitions car il est tuba dans l'orchestre de l'Opéra de Paris

     

    tuba.jpg

    Sa maman Péguy travaille comme couturière

    Machine À Coudre Ancienne Singer 8186409

    et il y a aussi la Mémé qui tient la maison et qui élève Francine 

    car entre le travail et les répétitions à l'Opéra il n'y a pas beaucoup de 

    temps pour Francine, et le dimanche il y a des sorties avec la fanfare de

    l' époque


    afficher les détails

    MB900318438 (1).JPG

    Découpage de dinde animé

    Biberon rempli


     

    Cette page liste les données cartographiques de chansons appelées "Caravane" en vue de la réussite. Cette liste associe des versions de couverture et des chansons distinctes qui arrivent à partager le même titre.

     

    Si, en alternance, vous êtes à la recherche pour les chansons qui ont le mot "Caravane" quelque part dans le titre une meilleure alternative serait de chercher le mot dans le index du site pour les c .

     


     

    Duke Ellington Caravane 1937 Grammy Hall of Fame en 2009 (1937), aux États-Unis Billboard 4 à 1937 (18 semaines), RYM 6 de 1937, aux États-Unis BB 9 de 1937, POP 9 de 1937, le Brésil 57 de 1938, nuTsie 58 de 1930, Scrobulate 88 de jazz