Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/03/2012

La triste année 1939 - Seconde Guerre mondiale

 

m500202_atpico050922_1.jpg





La Seconde Guerre mondiale ou Deuxième Guerre mondiale est un conflit armé à l'échelle planétaire qui dura deseptembre 1939 à septembre 1945.

Provoquée par le règlement insatisfaisant de la Première Guerre mondiale et par les ambitions expansionnistes et hégémoniques des trois principales nations de l’Axe (Allemagne nazieItalie fasciste et Empire du Japon), elle consista en la convergence, à partir du 3 septembre 1939, d’un ensemble de conflits régionaux respectivement amorcés le 18 juillet 1936 en Espagne (la guerre d'Espagne), le 7 juillet 1937 en Chine (la guerre sino-japonaise), et le 1er septembre 1939 en Pologne (campagne de Pologne), puis par l'entrée en guerre officielle de l'ensemble des grandes puissances de l'époque : FranceRoyaume-Uni et leurs empires dès le 3 septembre 1939URSS à partir de l'invasion allemande de juin 1941, États-Unis le 7 décembre 1941 dans un conflit impliquant la majorité des nations du monde sur la quasi-totalité des continents.

Le conflit planétaire ainsi engagé opposa schématiquement deux camps — les Alliés et l’Axe. Il prit fin en Europe le 8 mai 1945par la capitulation sans condition du IIIe Reich, puis s’acheva en Asie et dans le monde le 2 septembre 1945 par la capitulation sans condition de l'Empire du Japon, dernière nation de l’Axe à connaître la défaite.

La Seconde Guerre mondiale constitue le conflit armé le plus vaste que l’humanité ait connu, mobilisant plus de 100 millions de combattants de 61 nations, déployant les hostilités sur quelque 22 millions de km²4, et tuant environ 62 millions de personnes, dont une majorité de civils. N’opposant pas seulement des nations, la Seconde Guerre mondiale fut la première grande guerre idéologique de l’Histoire, ce qui explique que les forces de collaboration en Europe et en Asie occupées aient pu être solidaires de pays envahisseurs ou ennemis, ou qu’une résistance ait pu exister jusqu’en plein cœur de l’Allemagne nazie en guerre.

Guerre totale, elle gomma presque totalement la séparation entre espaces civil et militaire et vit, dans les deux camps, la mobilisation poussée non seulement des ressources matérielles – économiques, humaines et scientifiques – mais aussi morales et politiques, dans un engagement des sociétés tout entières.

La somme des dégâts matériels n’a jamais pu être chiffrée de façon sûre, mais il est certain qu’elle dépasse les destructions cumulées de l’ensemble des conflits connus par le genre humain depuis son apparition. Le traumatisme moral ne fut pas moins considérable, la violence ayant pris des proportions inédites.

Elle connut de multiples crimes de guerre, qui ne furent l'apanage d'aucun camp, crimes s'insérant dans une violence militaire et policière d'une intensité et d'une profondeur inégalées. Elle vit également l'émergence à une échelle inconnue jusqu'alors de crimes de masse particulièrement atroces et pour certains sans précédents, tout particulièrement à l'instigation de l'Allemagne nazie et du Japon impérial.

Parmi ces crimes figurent la déportation en camps de concentrationcamps de travail et camps de la mort, comportant deschambres à gaz à des fins d’extermination de populations entières (JuifsSlavesTziganes), ou de catégories particulières d’individus (homosexuelshandicapés, etc.) commandées par le régime nazi.

insi que l’annihilation systématique de populations civiles, principalement en Chine et notamment lors du massacre de Nankin.

Le régime Shōwa ne fut nullement en reste en Asie avec, à son actif, 10 millions de civils chinois enrôlés de force par la Kōa-in auMandchoukouo, environ 200 000 « femmes de réconfort » enrôlées en Corée et dans tout l’Extrême-Orient, a

Il faut ajouter les meurtres systématiques de résistants et d'opposants politiques, ainsi que les représailles contre les civils, par les nazis ; les expérimentations sur des êtres humains auxquelles se livrèrent des médecins nazis, tel le SS Josef Mengele, et l’unité japonaise 731 ; les bombardements aériens massifs de civils d’abord par l’Axe en Europe (Coventry en Angleterre,Rotterdam aux Pays-Bas) et en Asie (ShanghaiGuangzhouChongqing, cette dernière étant la ville la plus bombardée du conflit sino-japonais), puis par les Alliés : Dresde et Hambourg en Allemagne, Tōkyō avec du napalm au Japon. Pour la première fois, labombe atomique fut utilisée contre un pays : deux bombes A larguées sur des cibles civiles par les États-Unis ont explosé à trois jours d’intervalle, à Hiroshima et à Nagasaki au Japon.

La Seconde Guerre mondiale propulsera les États-Unis et l’URSS, principaux vainqueurs, comme les deux superpuissancesconcurrentes appelées à dominer le monde en même temps que de connaitre une vive rivalité idéologique et politique, pour près de 40 ans par la suite. Elle scelle le déclin des puissances impériales d’Europe, et ouvre le processus de décolonisation qui ne fera que s'accélérer après-guerre en Asie, dans le monde arabe et en Afrique, jusqu'aux années 1960.

Enfin ce dernier conflit d'ampleur sur le continent européen, marquera par sa fin le début en Europe de l'Ouest d’une période de prospérité sans précédent, dans la foulée de la reconstruction, et l'émergence progressive d'un projet d'unification politique 

Front de l'Est (1939-1940)

Photo illustrant la composition des blindés de la Wehrmacht au moment de la campagne de Pologne : une colonne de panzers I et II, dépassée par un transport SdKfz 251 employé commevéhicule de reconnaissance (en).

Après une opération de provocation connue sous le nom d'incident de Gleiwitz, les troupes allemandes envahissent la Pologne sur tous les fronts, le 1er septembre 1939, à 4 h 45 du matin,.

Articles détaillés : Opération Himmler et Campagne de Pologne (1939).

Le 17 septembre 1939, en application des clauses secrètes du Pacte germano-soviétique, l'Union soviétique envahit à son tour la Polognepar l'est. Largement surclassée, l'armée polonaise est écrasée avant la fin septembre.

Après le refus de la Finlande d'échanger des territoires propices à la défense de Leningrad contre des terres plus au nord, l'URSS attaque la Finlande le 30 novembre 1939. En dépit de la disproportion des forces, la résistance finlandaise est particulièrement vigoureuse, l'URSS subit de lourdes pertes et la Guerre d'Hiver dure jusqu'au 13 mars 1940. Elle s'achève avec le traité de Moscou du 12 mars 1940, met provisoirement un terme aux hostilités entre les deux pays. L'URSS obtient l'annexion de la Carélie dont l'isthme protège l'accès à Léningrad ainsi que plusieurs îles du golfe de Finlande.

Article détaillé : Guerre d'Hiver.

Toujours en application du Pacte germano-soviétique, l'URSS occupe en juin 1940, puis annexe, les Pays baltes

http://fr.wikipedia.org/wiki/Seconde_Guerre_mondiale


WW2Montage.PNG

Origines du conflit en Europe

Territoires de l'Axe :
  •      Puissances de l'Axe
  •      Colonies et territoires occupés de l'Axe
  • Territoires Alliés :
  •      Alliés occidentaux
  •      Dominions des Alliés occidentaux
  •      Colonies et territoires occupés des Alliés occidentaux
  •      Alliés de l'Est (URSS et États satellites)
  • Autres :
  •      Empire du Japon et États satellites (avant de rejoindre l'Axe)
  •      URSS et États satellites (avant de rejoindre les Alliés)
  •      France de Vichy et ses colonies (officiellement neutre, mais collaboratrice de l'Axe)
  •      Pays neutres
  • (Image animée, cliquez dessus pour voir l'évolution)





Les traités de Versaillesde Saint Germainde Trianon et de Neuilly avaient suscité rancœurs et frustrations et désirs de reconquête chez les peuples allemands, autrichiens, hongrois et bulgares.

La crise de 1929 conduit les différents États à adopter des mesures protectionnistes et à se placer en position de rivalité les uns par rapport aux autres. Alors que l’agressivité des démocraties se situe sur le plan économique, les dictatures fascistes vont adopter une stricte autarcie et, naturellement, penser leur défense et leur expansion en termes militaires. Mais partout, les politiques d’armement sont mises en place efficacement pour sortir du marasme économique5.

Ceci pourrait expliquer une guerre dans un contexte où la politique de l’Allemagne aurait été inspirée par les classes dominantes traditionnelles. La guerre en Europe est toutefois directement issue des ambitions expansionnistes du parti nazi, au pouvoir en Allemagne, et exprimées dès 1924 par Adolf Hitler dans Mein Kampf. À ces ambitions visant à reconstituer un espace vital pour le peuple germanique se sont greffées les velléités expansionnistes du régime fasciste italien qui tenta tant bien que mal de se constituer un empire colonial en Éthiopie et en Europe du Sud.

 

1939 au cinéma

Événements

L'année 1939 est pour le cinéma une année extraordinaire lors de laquelle de très nombreux films sont tournés dont beaucoup sont devenus des classiques immortels. Le cinéma connaît alors l'apogée du western, des films d'aventures et des grands studios.


  • Les États-Unis connaissent l'apogée du système des studios au nombre de neuf — 5 majors (MGMParamountWarnerFoxet RKO) et quatre petits (ColumbiaUniversalUnited Artists et Walt Disney) et ils tournent en technicolor. Plus de 400 films sont produits, c'est l'apogée du western et du film d'aventure. la Grande Dépression est terminée, la prospérité est de retour — 15 115 salles de cinéma accueillent 80 millions de spectateurs par semaine — et les grands producteurs n'hésitent pas à investir des sommes colossales dans des superproductions de prestige. La politique isolationniste du pays transparaît dans les très nombreux films produits et le pays ne veut rien connaître de ce qui se passe en Europe.
  • En Allemagne, sont tournés 118 films, dont Pages immortelles (Es war eine rauschende Ballnacht) de Carl Froelich, à propos de Tchaïkovsky
  • En Italie où la production est encouragée par des primes proportionnelles aux recettes, sont tournés 78 films, quelques films de propagande, des comédies, des mélodrames, films musicaux, d'aventures, historiques ou mythologiques.
  • En France :
    • Une longue grève touche le monde cinématographique français au cours du premier semestre de l'année, en partie dû à la crise sociale et à la production étrangère qui fait une dure concurrence aux 80 films français réalisés cette année-là, contre 122 l'année précédente.
    • L'idée est lancée d'un grand festival cinématographique qui pourrait avoir lieu le 1er septembre à Cannes. Deux mille invitations sont lancées et Louis Lumière accepte d'en être le premier président. L'entrée des troupes allemande en Pologne, le jour même de son ouverture officielle, mis prématurément fin à la fête.
    • Charles Trenet fait ses débuts au cinéma dans Je chante.
    • Pour échapper aux lois raciales et à la pression des nazis, des cinéastes allemands se réfugient en France dont Ludwig BergerKurt BernhardtMax OphülsGeorg Wilhelm PabstRobert SiodmakRobert Wiene, tandis qu'un certain nombre de cinéastes français conscients de l'arrivée de la guerre partent pour les États-Unis.
    • Une expérience scientifique qui passe inaperçue est organisée, il s'agit de la diffusion en direct d'un défilé militaire à l'aide d'un procédé nouveau nommé télévision.
  • L'Angleterre rêve toujours de conquêtes coloniales ce qui transparaît dans ses films. Alfred Hitchcock tourne le dernier film de sa période anglaise, la mort de Douglas Fairbanks est un évènement national et le marché est dominé par la production américaine. 20 millions de spectateurs par semaine fréquentent les cinémas.

La famille Duraton - 1939

 

Marlene Dietrich"You Go To My Head" 1939

 

jean gabin le jour se leve (1939).

la  chanson

 

EDITH PIAF - 1939 - Je n'en connais pas la fin + Lyrics

Pourquoi loin de toi - Tango de 1939 - Tito Henriotti et son Orchestre du Coliseum

 

 

 

 

AUTOMOBILES

1939 Renault Juvaquatre  type AEB2 (2 portes)

Suprastella  1939


La voici décapotée avec Winston Churchill et Charles De Gaulle

Romeo mais il continuera en tant que directeur sportif jusqu'en 1939.


Des nouvelles de Francine

Francine grandie gentiment, Mémé surveille sa petite fille car maintenant c'est l'age des bétises il faut avoir l'oeil et le bon,

il y a eu un déménagement, de l'immeuble route de la Reine on est passé au bd Jean Jaures, c'est plus près du bois de boulogne pour les promenades et l'autobus direct 

vélo taxi du bois de Boulogne

 

Lulu travaille toujours chez Renault au bureau d'études pour la sortir de nouvelles voitures

Péguy travaille chez elle elle fait de la couture pour des clientes privées



Journal anniversaire

 

Partager sur Facebook | Partager sur Twiter | Partager | Imprimer | A+ | A- | A=Le régiment de sapeurs pompiers de Paris (1938-1944)

 
En raison du développement de la ville dans l’entre-deuxguerres, leur nombre augmente constamment passant de 22 pharmacies en 1921 à 36 en 1939, certaines occupant encore à ce jour le même emplacement qu’à leur origine.



 
sortie des ouvriers de l'usine Renault
 


[février] 1939, avec cette légende : « Louis Renault présente un prototype à Hitler et Göring à Berlin en 1938 (sic) [...] Louis Renault fabriqua des chars pour la Wehrmacht. Renault sera nationalisé à la Libération. » Définir Louis Renault « "comme l’incarnation de la collaboration industrielle" » au moyen « d’une photo anachronique » dont la légende lui impute une « inexacte activité de fabrication de chars » constituerait une « véritable dénaturation des faits [...


l'atelier de Louis Renault qui est resté à l'intérieur de l'usine comme musée

20:15 Publié dans Blog, Coup de coeur/Coup de griffe, Musique, Photos/Dessins, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook | | Pin it! | | | |  del.icio.us | Digg! Digg

12/03/2012

Que s'est il passé en 1938 ?

Équipe de France de football à la Coupe du monde 1938

 
 

 Cet article relate le parcours de l'équipe de France de football lors de la Coupe du monde de football 1938 organisée en France du 4 juin au19 juin 1938.

Effectif

Numéro / NomÉquipe actuelleDate de naissanceJ.ButsYellow card.svgYellow card.svgRed card.svgRed card.svg
Gardiens de but
- Julien Darui Olympique lillois 16.02.1916 0 0 0 0 0
- Laurent Di Lorto FC Sochaux 01.01.1909 2 0 0 0 0
- René Llense FC Sète 14.07.1913 0 0 0 0 0
Défenseurs
- Abdelkader Ben Bouali Olympique de Marseille 25.10.1912 0 0 0 0 0
- François Bourbotte SC Fives 24.02.1913 0 0 0 0 0
- Hector Cazenave FC Sochaux 13.04.1914 2 0 0 0 0
- Raoul Diagne RC France 10.11.1910 2 0 0 0 0
- Etienne Mattler FC Sochaux 25.12.1905 2 0 0 0 0
- Jules Vandooren Olympique lillois 30.12.1908 0 0 0 0 0
Milieux de terrain
- Jean Bastien Olympique de Marseille 21.06.1915 2 0 0 0 0
- Edmond Delfour Racing Club de Roubaix 01.11.1907 2 0 0 0 0
- Oscar Heisserer RC Strasbourg 18.07.1914 2 1 0 0 0
- Lucien Jasseron Le Havre AC 29.12.1913 0 0 0 0 0
- Auguste Jordan RC France 21.02.1909 2 0 0 0 0
- Ignace Kowalczyk FC Metz 27.12.1913 0 0 0 0 0
- César Povolny Le Havre AC 19.07.1914 0 0 0 0 0
Attaquants
- Alfred Aston Red Star 16.05.1912 2 0 0 0 0
- Michel Brusseaux FC Sète 19.03.1913 0 0 0 0 0
- Roger Courtois FC Sochaux 30.05.1912 0 0 0 0 0
- Jean Nicolas FC Rouen 09.06.1913 2 2 0 0 0
- Émile Veinante RC France 12.06.1907 2 1 0 0 0
- Mario Zatelli Olympique de Marseille 21.09.1912 0 0 0 0 0
Sélectionneur
  Gaston Barreau   07.12.1883          
Préparateur physique
  Maurice Cottenet   11.02.1895          

Bien que sélectionné, César Povolny n'a jamais porté le maillot de l'équipe de France.article relate le parcours de l'équipe de France de football lors de la Coupe du monde de football 1938 organisée en France du 4 juin au19 juin 1938.

 

Grand Prix automobile de France 1938

Le Grand Prix de France 1938 est un Grand Prix comptant pour le Championnat d'Europe des pilotes, qui s'est tenu sur le circuit de Reims-Gueux le 3 juillet 1938 

Classement de la course[modifier]

PosnoPiloteÉcurieChâssisToursTemps/AbandonGrillePoints
1 26 Drapeau : Troisième Reich Manfred von Brauchitsch Daimler-Benz AG Mercedes-Benz W154 64 h 4 min 38 s 5 2 1
2 24 Drapeau : Troisième Reich Rudolf Caracciola Daimler-Benz AG Mercedes-Benz W154 64 min 31 s 1 3 2
3 28 Drapeau : Troisième Reich Hermann Lang Daimler-Benz AG Mercedes-Benz W154 63 + 1 tour 1 3
4 4 Drapeau de la France René Carrière Talbot-Darracq Talbot T150C 54 + 10 tours 6 4
Abd. 2 Drapeau de la France Philippe Étancelin Talbot-Darracq Talbot T150C 38 Moteur 7 5
Abd. 10 Drapeau de la France Eugène Chaboud SEFAC SEFAC 2   8 7
Abd. 16 Drapeau de la Suisse Christian Kautz Auto Union Auto Union Type C/D 1 Accident, essieu arrière 4 7
Abd. 22 Drapeau de la France Jean-Pierre Wimille Bugatti Bugatti T59/T50B3 1 Arrivée d'huile 9 7
Abd. 18 Drapeau : Troisième Reich Rudolf Hasse Auto Union Auto Union Type C/D 1 Accident 5 7
Np. 6 Drapeau : Pays inconnu ? Talbot-Darracq Talbot T150C   Non partant   8
Np. 8 Drapeau de la France Joseph Paul Louis Delage Delage 145   Pilote blessé   8
Np. 12 Drapeau de l'Italie Achille Varzi Officine A. Maserati Maserati Tipo 8CTF   Non partant   8
Np. 36 Drapeau de l'Italie Carlo Felice Trossi Officine A. Maserati Maserati Tipo 8CTF   Non partant   8
Np. 20 Drapeau : Troisième Reich Hermann Paul Müller Auto Union Auto Union Type C/D   Accident aux essais   8
Np. 30 Drapeau de la France René Dreyfus Écurie Bleue Delahaye 145   Non partant   8
Np. 32 Drapeau de l'Italie Gianfranco Comotti Écurie Bleue Delahaye 145   Non partant   8
Np. 34 Drapeau : Pays inconnu ? Écurie Bleue Delahaye 145   Non partant   8
Np.   Drapeau du Royaume-Uni Richard Seaman Daimler-Benz AG Mercedes-Benz W154   Pilote de réserve   8
Np.   Drapeau : Troisième Reich Ulrich Bigalke Auto Union Auto Union Type C/D   Pilote de réserve   8
bugatti type 57
 
La Bugatti Type 57 est souvent considéré comme l'un des modèles les plus importants de l'histoire du constructeur. Dévoilée dans différentes carrosseries (berline, coupé, cabriolet), la Française gagnera même les 24 heures du Mans dans sa version sport "tank". Véritable voiture de collection, un exemplaire à restaurer a été adjugé au salon Rétromobile 2009 à 3 417 500 euros© Cécile Debise / L'Internaute Magazine

753px-LangH-MB-W125-1977.jpg

 Une Mercedes-Benz W125 de 1937

POLITIQUE

Guerre d'Espagne

La guerre d'Espagne (souvent également désignée sous le nom de guerre civile espagnole ou moins fréquemment de révolution espagnole6) est un conflit qui opposa, en Espagne, le camp des « nationalistes » à celui des « républicains » ces derniers réunissant, parfois avec de vives tensions, communistes, socialistes, républicains et anarchistes. Elle se déroula dejuillet 1936 à avril 1939 et s'acheva par la défaite des républicains et l'établissement de la dictature de Francisco Franco, qui conserva le pouvoir absolu jusqu'à sa mort en 1975.

Cette guerre fut la conséquence, sur le long terme, des malaises sociaux, économiques, culturels et politiques qui accablaient l'Espagne depuis plusieurs générations. Après la proclamation de la IIe République en 1931, l'exacerbation croissante des tensions entre Espagnols culmina avec l'insurrection durement réprimée des Asturies (1934) et la résurgence de troubles civils et de violences réciproques au printemps 1936, après la victoire électorale du Frente Popular. Préparé de longue date, le soulèvement militaire et civil du camp nationaliste éclata le 18 juillet 1936, mais sa mise en échec partielle contraignit les deux camps à se livrer une guerre totale imprévue, longue et meurtrière.

Le conflit prit aussi la forme, dans certains territoires sous contrôle républicain, d'une révolution sociale originale qui aboutit à la collectivisation des terres et des usines, et expérimenta différentes sortes d'organisation de type socialiste(soutenues notamment par des anarchistes de la CNT7).

The El Campesino directing Republican soldiers at Villanueva de la Canada.jpg

Guerre civile espagnole

Valentín González menant les soldats républicains de la 45edivision dans les environs de Villanueva de la Cañada, lors de la bataille de Brunete.

Bilan de la guerre civile[modifier]

Refuge contre les bombardementsaériens dans la ville de Valence.

Particulièrement violente, et durablement traumatisante, la guerre d'Espagne est tristement célèbre comme théâtre de multiples exactions. Elle vit en particulier les premiers bombardements militaires sur les civils, perpétrés par l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste, alliés de Franco, l'élimination du POUM et de ses responsables antistaliniens par le NKVD et des anarchistes par le Parti communiste espagnol, des massacres spontanés de suspects, d'hommes d'Église ou de membres des classes moyennes et dirigeantes par des anarchistes et des communistes dans les mois qui suivirent la sédition militaire, tandis que le nouvel État nationaliste se construisait à travers la terreur et l'épuration systématiques. En particulier, les franquistes refusèrent toutes les propositions adverses de compromis et poursuivirent, après leur victoire, une répression incessante et de très grande ampleur35.

Cette guerre civile fut également le théâtre des prémices de la Seconde Guerre mondiale, les futurs belligérants européens commençant à s'y affronter plus ou moins directement : l'Allemagned'Hitler et l'Italie de Mussolini apportèrent leur soutien à Franco, tandis que l'Union soviétique de Staline vendit des armes aux républicains (tout en cherchant la prise de pouvoir au sein de la République). La France et le Royaume-Uni choisirent la non-intervention et le blocus des exportations d'armes, mais laissèrent les Brigades internationales s'engager aux côtés des républicains.

La guerre d'Espagne divisa et passionna les opinions publiques du monde entier. L'engagement de nombreux intellectuels et artistes auprès des combattants, en particulier dans les Brigades internationales, a contribué à lui faire acquérir très vite une dimension légendaire qui perdure encore.

Par ailleurs, pour certains historiens, la Seconde Guerre mondiale a débuté avec la guerre civile qui oppose en effet de 1936 à 1939républicains et nationalistes en Espagne et qui fait environ 400000 morts. Dès 1936, les Européens y voient un conflit à portée universelle : pour la gauche, elle marque l'expansion du fascisme, et pour la droite, elle révèle la menace du bolchévisme.

Fin de la résistance républicaine

Le 23 décembre 1938, les franquistes lancent l'offensive finale contre la Catalogne et

un mois plus tard, le 26 janvier 1939, ils entrent à Barcelone.

Vers tous les postes-frontières des Pyrénées affluent de longues files de réfugiés,

civils et combattants, qui fuient la répression nationaliste. C'est la «Retirada».

Pas moins de 400.000 au total vont passer en France et un grand nombre y faire

souche.

Le gouvernement de Negrin est renversé le 5 mars 1939 par une junte formée

à Madrid sous la houlette du général Miaja qui se dispose à négocier sa

reddition avec Franco... Enfin, le 28 mars 1939, les nationalistes espagnols

entrent à Madrid. Ils font le défilé de la victoire devant Franco.

Le 1er avril 1939, Franco publie un laconique communiqué de victoire: 

«La guerre est finie». C'est la fin d'une guerre civile de trois ans qui aura

coûté à l'Espagne environ 400.000 morts et autant d'exilés. C'est

aussi la fin de la «République démocratique des travailleurs de toutes classes»,

née en 1931.

Mais le pays n'est pas au bout de ses malheurs. De longues colonnes de

réfugiés républicains se pressent à la frontière des Pyrénées et demandent

asile en France. La répression, dans les premières années de la dictature

franquiste va encore faire plusieurs centaines de milliers de victimes.

Et ce n'est que bien après la Seconde Guerre mondiale que l'Espagne

accèdera enfin à la sérénité...

Crise des Sudètes et accords de Munich

Article détaillé : Crise des Sudètes.

Poursuivant ses objectifs pangermanistes, Hitler menace ensuite la Tchécoslovaquie.

Les régions de la Bohême et de la Moravie situées le long des frontières du

 Grossdeutschland, appelé Sudètes, sont majoritairement peuplées par la minorité

allemande. Comme pour l’Autriche, Hitler affirme ses revendications en s’appuyant

sur les agitations de l’organisation nazie locale, menée par Konrad Henlein. Le Führer 

évoque le « droit des peuples » pour exiger de Prague l’annexion au Reich des Sudètes.

Bien qu’alliée à la France (et à l’Union soviétique), la Tchécoslovaquie ne peut compter

sur son soutien. Paris veut absolument éviter le conflit militaire, incitée en cela par

le refus britannique de participer à une éventuelle intervention. Le souvenir de la Grande

Guerre influence également cette attitude : si les Allemands ont développé le désir

de revanche, les Français entretiennent quant à eux une ambiance générale résolument

pacifiste.

Le 29 septembre 1938, conformément à une proposition de Mussolini faite la veille,

Adolf Hitler, le président du Conseil français Édouard Daladier, le Premier ministre

britannique Neville Chamberlain et le Duce italien Benito Mussolini, réunis dans la

capitale bavaroise, signent les accords de Munich. La France et le Royaume-Uni

acceptent que l’Allemagne annexe les Sudètes, pour éviter la guerre. En échange,

Hitler, manipulateur, assure que les revendications territoriales du Troisième Reich

s'arrêteront là. Le lendemain, la Tchécoslovaquie, qui avait commencé à mobiliser,

est obligée de s’incliner. Parallèlement, le Troisième Reich autorise la Pologne et

la Hongrie à s’emparer respectivement de la ville de Teschen et du sud de la 

Tchécoslovaquie.

Maître-d’œuvre de la politique d’« apaisement » avec le Reich, le Premier ministre

britannique Neville Chamberlain a alors ce mot fameux : « Hitler est un gentleman ».

Mais alors que les opinions publiques française et britannique sont enthousiastes, 

Winston Churchillcommente : « Entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le

déshonneur. Et vous allez avoir la guerre. » De fait, Hitler rompt sa promesse à peine

quelques mois plus tard.

En mars 1939, la République slovaque, encouragée par Berlin, proclame son

indépendance ; son leader, Jozef Tiso place son pays sous l’orbite allemande. Hitler,

lors d’une entrevue dramatique à Berlin avec le président tchécoslovaque Emil Hácha 

(remplaçant le président démissionnaire Edvard Beneš), menace de bombarder Prague

 si la Bohême et la Moravie ne sont pas incorporées au Reich. Le 15 mars, Hácha cède,

et l’armée allemande entre à Prague sans combat le lendemain. La Bohême et la

 Moravie deviennent le Protectorat de Bohême-Moravie, dirigé par Konstantin von Neurath

 à partir de novembre 1939, puis de 1941 à son exécution par la résistance tchèque

en mai 1942, par le haut chef SS Reinhard Heydrich, surnommé « le boucher de Prague ».

En mettant la main sur la Bohême-Moravie, le Reich s’empare par la même occasion

d’une importante industrie sidérurgique et notamment des usines Škoda, qui

permettent de construire des chars d’assaut. En annexant des populations slaves

et non plus allemandes, Hitler a jeté le masque : ce qu'il poursuit n'est plus le

pangermanisme classique mais, ainsi qu'il l'avoue sans fard à ses généraux

le 23 mai 1939, la conquête d'un espace vital illimité.

 

CINEMA

Débuts du parlant

L'arrivée du cinéma parlant est un tremblement de terre qui réveille l'Endormie. 20 salles sonorisées sont recensées en France en 1929 ; elles sont déjà 1 000 en 1931 et 4 250 en 1937. Une belle génération de réalisateurs et une foule d'acteurs talentueux, venant le plus souvent du théâtre, permettent la production de plusieurs chefs-d'œuvre. Le public suit, même si on reste très loin des chiffres anglais, typiques d'une civilisation urbaine, tandis que la France compte encore la moitié de sa population à la campagne. 150 millions de spectateurs en 1929, 234 en 1931 puis 453 en 1938 (avec une baisse en 1932, d'où l'instauration en 1933 du « double programme », deux long-métrages par séance pour le prix d’un seul, généralement un américain et un français), la progression est belle. Elle s'arrête provisoirement là, car une grève paralyse pendant plusieurs mois le monde cinématographique français au premier semestre 1939. La guerre mettra tout le monde d'accord… La période révèle les premières vedettes du cinéma parlant. Citons ici Arletty, Annabella, Louis Jouvet, Victor Francen, Charles Boyer, Mireille Balin, Viviane Romance, Pierre Fresnay, Harry Baur, Charles Vanel, Albert Préjean, Madeleine Renaud, Pierre Blanchar, Fernand Gravey, Pierre Richard-Willm, FernandelJean GabinRaimuDanielle Darrieux et Michel Simon du côté des acteurs, Sacha GuitryJulien DuvivierJean RenoirRené Clair, Jean Grémillon, Henri Decoin, Marcel Pagnol pour ne citer qu'eux, chez les réalisateurs

 

Entrée des artistes (1938

 

Un extrait de Entrée des artistes au cours duquel Louis Jouvet vient défendre une de ses élèves au conservatoire .. 

 

Entrée des artistes,Marc Allegret (1938) Scenario:André Cayatte,Henri Jeanson. Avec Louis Jouvet. 

 

 

Pierre Fresnay, de son vrai nom Pierre Jules Louis Laudenbach, est un acteurfrançais, né le 4 avril 1897 à Paris 5e et mort le 9 janvier 1975 à l’hôpital américain de Paris, à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)1.

Affiches du film Entrée des artistesAffiches du film Entrée des artistesAffiches du film Entrée des artistes

 

Jean Gabin and Michèle Morgan: Le Quai Des Brumes, 1938Jean Gabin et Michèle Morgan: Le Quai Des Brumes, 1938


Jean Gabin - la belle équipe

Jean Gabin - pépé le moko

Michel Morgan et Jean Gabin dans quai des brumes

 

LA CHANSON


 

Je chante (chanson)

 
 

Je chante est une chanson de Charles Trenet, datant de 1938, composée par

Charles Trenet et Paul Misraki.

L'auteur-compositeur-interprète l'écrit pour le film musical du même nom, Je chante,

de Christian Stengel (1938). Dans cette chanson, un pauvre vagabond décrit sa vie,

uniquement remplie par le chant. À la fin de la chanson, emprisonné par les gendarmes,

il se pend pour retrouver laliberté et revient sous forme de fantôme. Ainsi, malgré des couplets légers et insouciants en apparence, la chanson s'achève sur un suicide. 

 

CDDOC5454.jpg

Guy Lafarge 

 

Guy Lafarge (Périgueux5 mai 1904 - Paris17 décembre 19901) est un 

compositeur français.

  • Ancien élève du conservatoire de Bordeaux et de l'Ecole des travaux 
  • publics, Guy Lafarge s'intéresse très tôt à l'opérette. Après une
  •  première œuvre écrite  en 1929, au régiment (Le Capitaine Tic), 
  • il fait représenter Niquette à Paris, au Trianon-Lyrique, en 1930. 
  • SuiventCarabas et Cie en 1932 (Paris, Trianon-Lyrique), 
  • Monsieur Papillon en 1934 (Paris, Trianon-Lyrique), Camille ou 
  • Tu seras gendarme en 1937 (Paris, Théâtre de la Madeleine).
  • En 1938, Guy Lafarge aborde le domaine de la chanson en
  •  écrivant pour,  Marie DubasJean Lumière et l'orchestre
  •  Jo Bouillon. Mobilisé au début de la Seconde Guerre mondiale
  •  et fait prisonnier, il revient de captivité en 1942
  • Il écrit La course à l'amour, la première création de
  •  Georges Guétary (Paris,  Théâtre des Nouveautés1942),
  •  et Bel Amour (également créé à Paris,aux Nouveautés,1943).

Ivo Livi dit Yves Montand , est un chanteur et acteur français d'origine italienne.
Né le13 octobre  1921 à Monsummano Terme, en Toscane (Italie), il décède
le 9 novembre1991 à Senlis (Oise), en France.

 En 1938, à l'âge de dix-sept ans, il décroche une place de chauffeur 


Des nouvelles de Francine


Et pendant ce temps Francine grandit gentiement avec des
 
promenades en landeau poussé très souvent par Mémé ,
 
à la porte de Saint Cloud il y un square reposant car il n'y
 
a pas de circulation d'autos à cette époque

Banque d'Illustrations - peu, fille. fotosearch 
- recherchez des 
cliparts, des 
illustrations, 
des dessins et 
des images vectorisées 
au format eps
 
Banque d'Illustrations - mignon, peu, girl, 
rotation, dreidel. 
fotosearch - recherchez 
des cliparts, 
des illustrations, 
des dessins et 
des images vectorisées 
au format eps
 
 
 
peu, girl
 
Le jardin de la Porte de Saint-Cloud et le square Coquoin sont deux espaces
verts du 16e arrondissement de Paris, en France.

Jardin de la Porte de Saint Cloud et Square Coquoin

adresse : Avenue Ferdinand Buisson 75016 Paris 

Ouverts en 1930, ces jardins de 33 597m² qui communiquent par une passerelle
et un tunnel, proposent aux enfants une aire de jeux, des tables de ping-pong et
une aire de jeux de ballons.

Le jardin est accessible aux handicapés.

Accès : avenue Ferdinand-Buisson, Métro : Porte de Saint-Cloud (ligne 9)

75016 Paris 


 

Place de la porte de Saint-Cloud - Les Fontaines

 

Place de la porte de Saint-Cloud - Les Fontaines

 

 

 

La vie de la France et de Francine en 1937

Tour de France 1937

Le 31e Tour de France a eu lieu du 30 juin au 25 juillet 1937 sur 20 étapes pour 4 415 km.

Tour de France 1937.png

Généralités

  • Ce Tour se caractérise par de nombreuses étapes fractionnées en 2 ou 3 secteurs, soit 31 arrivées d'étapes différentes.
  • Le dérailleur est autorisé pour la première fois.
  • À la fin de la 16e étape à Bordeaux, une pénalité de 15 secondes pour le maillot jaune du moment, Sylvère Maes, provoque sa colère et son abandon du Tour avec toute l'équipe belge1,2.
  • La vitesse moyenne de ce Tour est de 31,768 km/h.
  • Classement général

     
    Classement général final
    1. Roger Lapébie Drapeau de France France 138h58'31"
    2. Mario Vicini Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Italie à 7'17"
    3. Léo Amberg Drapeau de Suisse Suisse à 26'13"
    4. Francesco Camusso Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Italie à 26'53"
    5. Sylvain Marcaillou Drapeau de France France à 35'36"
    6. Edward Vissers Drapeau de Belgique Belgique à 38'13"
    7. Paul Chocque Drapeau de France France à 1h05'19"
    8. Pierre Gallien Drapeau de France France à 1h06'33"
    9. Erich Bautz Drapeau : Allemagne Reich allemand à 1h06'41"
    10. Jean Fréchaut Drapeau de France France à 1h24'34"
    98 partants, 46 classés  

    POLITIQUE
  • Crise

    Mais les difficultés du Front populaire ne furent pas pour autant effacées. En effet, la France était dans une grave crise économique depuis 1931, et la politique économique du Front populaire ne parvint pas à relancer la production, la consommation, ni à réduire le chômage. Ainsi, la hausse des prix annula vite celle des salaires prévue par les accords de Matignon. Ce fut une des causes de la chute du Front populaire, très vivement critiqué par la presse dès l'automne 1936.

    Sur le plan intérieur, le gouvernement Blum parvint à résoudre la crise sociale. Mais dès l'été 1937, il dut faire face à diverses difficultés économiques qui le poussèrent à dévaluer (voir dévaluation) le franc dès le 17 septembre, cette situation transforma l'inquiétude de la droite en opposition résolue. Le 24 février 1937, il décide également une pause dans les réformes. Des réformes importantes comme celles des retraites sont alors abandonnées[réf. nécessaire]. La pause ne rencontre guère la réussite, puisqu'elle déçoit l'aile gauche de la SFIO et le PCFsans apaiser l'opposition de droite, qui la considère comme un aveu de faiblesse du gouvernement.

    Par ailleurs, les attaques calomnieuses de l'extrême droite affaiblirent plusieurs personnalités du Front populaire, à commencer par Blum lui-même : son arrivée au pouvoir déclencha en effet une vague d'antisémitisme d'une très grande ampleur, visant à remettre en cause sa crédibilité et sa loyauté aux intérêts de la France. De même, une campagne médiatique agressivement diffamatoire menée notamment par l'Action française et par Gringoire45 déstabilisa Roger Salengro, ministre SFIO de l'Intérieur et l'un des principaux artisans des accords de Matignon. Accusé, sans aucun fondement46, à partir du 14 juillet 1936 d'avoir été déserteur durant la Première Guerre mondiale, il fut rapidement innocenté, mais ne supporta pas de voir son honneur de patriote sali et se suicida le 17 novembre 193647.

    Dans la presse française se formèrent de fait deux camps bien distincts, d'une part les partisans du Front populaire (l'HumanitéLe PopulaireL'ŒuvreVendrediMarianne, etc...), d'autre part les opposants (L'Action françaiseL'Ami du peupleLe JourCandideGringoire,Je suis partout, à l'extrême droite ; L'Écho de ParisLe Temps, à droite, etc...). Entre ces deux positions, très peu de journaux ou d'hebdomadaires jouèrent la carte de la neutralité. La presse allant dans le sens du Front populaire était largement plus faible que la presse d'opposition et l'une comme l'autre contribuèrent à l'échec du gouvernement du Front populaire. C'est dans la presse étrangère, notamment anglo-saxonne, que parurent les analyses les plus objectives.

    Le 21 juin 1937, le premier gouvernement Blum présenta sa démission. Le radical Camille Chautemps prit sa succession. Il reprit, à un rythme ralenti, les réformes du Front populaire, créant, notamment, la SNCF. L'aggravation de la situation économique (creusement du déficit budgétaire) poussa Chautemps à réclamer les pleins pouvoirs, ce qui lui fut refusé le 9 mars 1938, en partie à cause des votes socialistes[réf. nécessaire]. Son ministère prit fin suite à ce refus.

    Ensuite, en mars-avril 1938, après avoir été rappelé le 13 mars par le président de la République Albert Lebrun, Léon Blum forma un éphémère gouvernement, puis démissionna, n'arrivant pas à obtenir les pleins pouvoirs financiers auprès du Sénat, dans le but d'appliquer de grandes réformes financières pour sortir la France du marasme économique. Le radical Édouard Daladier le remplaça, décidé à « remettre la France au travail » et revint sur plusieurs réformes du Front populaire.

    Bilan

    Le bilan du Front populaire est « contrasté »48. Il introduit de nombreuses réformes historiques, notamment en matière économique et sociale : congés payés, semaine de quarante heures (réduction du temps de travail), établissement des conventions collectives.

    La question de l'héritage du Front populaire, de l'état dans lequel il laissa la France en 1938, suscita bien des passions. Ainsi, le régime de Vichy lui attribua la responsabilité de la défaite française face à l'Allemagne nazie, ce que les historiens ne font pas49. On retient de cette période ces grèves joyeuses et les premiers congés payés qui permirent à des travailleurs de partir en vacances souvent pour la première fois (Léon Blum parle d'« embellie dans les vies difficiles »).

    le spectacle

    Le théâtre de Belleville est un théâtre aujourd'hui disparu inauguré le 25 octobre 1828 dans le village de Belleville, situé alors dans la banlieue parisienne proche. Il s'élevait dans la cour Lesage, une cour ouverte sur larue de Paris (aujourd'hui rue de Belleville) à la hauteur du numéro 46 et sur la rue du Théâtre (une rue aujourd'hui disparue qui donnait dans la rue de Tourtille).

    En janvier 1860 il devient un théâtre parisien, suite à l'agrandissement de Paris qui annexe le village de Belleville.

    En 1932 il est démoli et remplacé par un nouveau bâtiment dont seul le rez-de-chaussée offre une salle de spectacle.

    À partir de janvier 1937 et jusque dans les années 1940 y alternent théâtre et cinéma, puis c'est juste une salle de cinéma.

    En 1958 il est transformé en music-hall et ferme définitivement en 1962.

    Belleville compta jadis au moins deux autres théâtres également aujourd'hui disparus : le théâtre populaire de Belleville et le théâtre nouveau.

    Fichier:Théâtre de Belleville 2.jpg

    Le théâtre au fond de la cour Lesage vu depuis la rue de Belleville.



    Le théâtre au fond de la cour Lesage vu depuis la rue de Belleville.

    Reconstruction, continuité et disparition du théâtre de Belleville

    Le directeur du théâtre, Joseph-Édouard Holacher, par toutes sortes de démarches financières, avec le soutien de la population bellevilloise, du milieu professionnel et de la mairie du 20ème arrondissement parvient en moins d'un an à le faire reconstruire à l’identique.

    À l'automne 1870, durant le siège de Paris, on y donne une représentation dont la recette est destinée à servir à l’achat d’un canon ou d’une mitrailleuse en faveur d’un bataillon bellevillois de la garde nationale.

    Henri Avenel nous apprend qu'en 1889 se trouve juste derrière ce théâtre la célèbre goguette de Lepilleur8. Son adresse exacte est 12, rue du Théâtre9.

    De 1862 à 1907 le théâtre de Belleville est dirigé par Joseph-Édouard Holacher, puis ses fils Édouard et Louis. Après le décès d'Édouard Holacher les deux directeurs qui lui succèdent eurent bien du mal à continuer à faire vivre le théâtre. C’est qu’il ne se trouvait désormais plus le seul théâtre dans son secteur. Il y avait aussi le théâtre populaire de Belleville et le théâtre nouveau, situés près de lui au bord de la rue de Belleville.

    En 1932, le directeur de l’époque, Paul Caillet, fait détruire le bâtiment du théâtre de Belleville et élever à sa place un immeuble de style Art déco avec un théâtre de 1300 places au rez-de-chaussée compris dans un complexe comprenant un restaurant, un dancing et un garage.

    À partir de janvier 1937 et jusqu’à la fin des années 1940 dans la salle alternent en soirées théâtre et projections de films. Puis c'est juste un cinéma assez pittoresque avec deux balcons dans la salle. Il conserve le nom de théâtre de Belleville.

    En 1958 il devient un music-hall. En 1962, il ferme.

    L'immeuble est vendu à une société de distribution alimentaire asiatique.

    Aujourd'hui et depuis quelques années, c'est un restaurant qui occupe l'emplacement de l'ancien Théâtre de Belleville, dont seule dans le quartier la pharmacie du Théâtre, toujours existante, rappelle le souvenir.

    Les artistes

    Gerard Deschamps est un artiste plasticien français né en 1937 à Lyon.

    Gérard Deschamps

    artiste français du Nouveau Réalisme

    Les oeuvres les plus récentes de Gérard Deschamps contrastent singulièrement avec ses premières réalisations. Exit les tissus usagés, désormais Deschamps expose ses pneumostructures, objets arrondis, lisses, standardisés, formatés, aux couleurs criardes, glanés en supermarché : la société de loisir et de consommation, les concepts marketing sont figurés ici, sans pour autant faire réellement l'objet d'une dénonciation; les pneumostructures conservent en effet toute la dimension ludique de leur matière première. L'artiste reste finalement fidèle à lui-même, en cela qu'il continue à associer des éléments détournés de leur usage initial dans une volonté de conservation des choses de son temps.

    gérard deschamps casimir


    Fichier:Deschampsgerard.png
    Gérard Deschamps (Capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain).


    Yves Lévêque est un artiste français né le 2 janvier 1937 à Boulogne-Billancourt, de mère nord-américaine et de père français.Fichier:Yvesleveque.jpg

    Biographie

    Après des études secondaires il s'engage dans la peinture dès 1962 en pur autodidacte. Il rencontre alors un grand nombre de philosophes parmi lesquels François ChâteletGilles Deleuze, et Kostas Axelos, qui deviennent des amis; ainsi que des auteurs comme Julien Green,Jean PaulhanGiuseppe Ungaretti. Il quitte Paris en 1967 pour la campagne où il demeure jusqu'à ce jour, car son "locus patriae" est le champ, la terre, les oiseaux ou les insectes.

    Sa première galerie fut celle d'Henriette Gomès, la marchande de Balthus puis des Clarac, et la Galerie du Dragon. S'ensuivent toute une série d'expositions dans les galeries, les salons et les musés.

    Ses expositions à la Galerie Jacques Bailly, Daniel Gervis et maintenant la Galerie Guillaume, eurent des préfaciers exceptionnels: Michel Tournier, François et Noëlle ChâteletGermain Viatte, etc.

    "Le cheminement d'Yves Lévêque est d'une rare cohérence. Tout ramène au centre même de sa méditation: la terre. Pour cet artiste exigeant, ce thème, toujours repris sous mille facettes différentes, est d'une richesse inépuisable: le miroir du monde. Cette peinture a la transparence blonde et nacrée de la lumière; des champs elle a la densité, le poids, une certaine qualité granuleuse, presque tactile. Elle est aussi peinture de silence et d'apparente immobilité, d'un lyrisme grave d'autant plus émouvant, qu'il est exactement contrôlé." Michel Tournier1

     

    Marc Danval, né à Ixelles le 18 février 1937 est écrivain, artiste et chroniqueur de jazz et de gastronomie belge d'expression francophone,comédien au Théâtre royal du Parc de Bruxelles jusqu'en 1961.

    Grand collectionneur de disques et spécialiste du jazz belge, il est aussi producteur et animateur de l'émission La Troisième Oreille sur laRTBF, et une personnalité de la radio1 et de la télévision. Il fréquente Montmartre aussi souvent qu'il le peut2, mais vit et travaille à Ixelles.

    Bibliographie

    • Le règne de Sacha Guitry, biographie, Pierre De Méyère, Bruxelles, 1971
    • Bon appétit Bruxelles, gastronomie, Collet, Bruxelles, 1982
    • Parmi moi seul, poésie, Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1983
    • Les poètes du jazz, théâtre, Bruxelles, le 5 février, 1985, créé à la Compagnie Ivan Baudouin-Lesly Burton, avec Lesly Burton, le pianiste Charles Loos et l'auteur
    • Cuisine traditionnelle en Hainaut, Libro-Sciences, 1990
    • L'énigme résolue de Verlaine à la Trappe de Forges-lez-Chimay, C.G.R.I., 1996
    • L'insaisissable Robert Goffin, biographie, Quorum, 1998
    • Toots Thielemans, biographie, Racine, 2006

     

    Notes

    1.  Il est ambassadeur du monde de la radio auprès du vieux marché des Marolles
    2.  il est député-membre de la République de Montmartre

     

    Pendant ce temps la petite Francine grandit gentiment

    son papa Lulu travaille chez Renault comme dessinateur au bureau d'études

    et le soir il répète ses partitions car il est tuba dans l'orchestre de l'Opéra de Paris

     

    tuba.jpg

    Sa maman Péguy travaille comme couturière

    Machine À Coudre Ancienne Singer 8186409

    et il y a aussi la Mémé qui tient la maison et qui élève Francine 

    car entre le travail et les répétitions à l'Opéra il n'y a pas beaucoup de 

    temps pour Francine, et le dimanche il y a des sorties avec la fanfare de

    l' époque


    afficher les détails

    MB900318438 (1).JPG

    Découpage de dinde animé

    Biberon rempli


     

    Cette page liste les données cartographiques de chansons appelées "Caravane" en vue de la réussite. Cette liste associe des versions de couverture et des chansons distinctes qui arrivent à partager le même titre.

     

    Si, en alternance, vous êtes à la recherche pour les chansons qui ont le mot "Caravane" quelque part dans le titre une meilleure alternative serait de chercher le mot dans le index du site pour les c .

     


     

    Duke Ellington Caravane 1937 Grammy Hall of Fame en 2009 (1937), aux États-Unis Billboard 4 à 1937 (18 semaines), RYM 6 de 1937, aux États-Unis BB 9 de 1937, POP 9 de 1937, le Brésil 57 de 1938, nuTsie 58 de 1930, Scrobulate 88 de jazz

     


 

 

Début de ce journal année 1936 - une période très mouvementée

POLITIQUE

Léon Blum, né le 9 avril 1872 à Paris (2ème arrondissement) et mort le 30 mars 1950à Jouy-en-Josas, était un homme politique socialiste français.

Il fut l'un des dirigeants de la section française de l'Internationale ouvrière (SFIO, parti socialiste), et président du Conseil des ministres, c'est-à-dire chef du gouvernement français, à deux reprises, de 1936 à 1937, puis de mars à avril 1938.

Il a marqué l'histoire politique française pour avoir refusé l'adhésion à la IIIeInternationale communiste en 1920, et pour avoir été le président du Conseil des ministres du Front populaire en 1936. Il a refusé d'aider militairement les républicains espagnols (pendant la guerre civile en Espagne), ce qui a entraîné le retrait des communistes du Front Populaire (qui était composé à la base du Parti communiste, de la SFIO, des radicaux et de Divers gauche). En juin 1937, Léon Blum démissionne une première fois du poste de président du Conseil.

Il retrouve ses fonctions de chef du gouvernement, brièvement, du 13 mars au 10 avril 1938. Chef du Gouvernement provisoire de la République française de décembre 1946 à janvier 1947, son cabinet sera chargé de mettre sur de bons rails les institutions de laIVe République.

Ses réformes auront représenté de grandes avancées sociales (congés payés, femmes au gouvernement, réduction du temps de travail, etc...) et il est considéré, encore aujourd'hui, comme l'une des grandes figures du socialisme français.

Léon Blum reading.jpg

Léon Blum

Le Front populaire est une coalition de partis de gauche qui gouverna la

 France de 1936 à 1938. Il réunissait les trois principaux partis de la gauche,

la SFIO, le Parti radical-socialiste et le Parti communiste (qui soutenait les

deux premiers sans participer directement au gouvernement), mais également

toute une nébuleuse d'autres mouvements.

Le gouvernement de Front populaire fut le premier de la IIIe République

dirigé par les socialistes. Il initia plusieurs réformes sociales importantes

et constitue une des références de la mémoire et de l'histoire de la Gauche

française.

L'assemblée élue lors des élections de 1936 demeura inchangée jusqu'à la

défaite de la France face à l'Allemagne en juin 1940.

 

Chanteurs de l'année 1936 

décédé le 26 septembre 1983 à Neuilly-sur-Seine ) est un chanteur et acteur français . ... 1935 : Vogue, mon cœur de Jacques Daroy ...

 Le triomphe au music-hall

Sa carrière prend une dimension essentielle au music-hall : après l’A.B.C., où le public lui a réservé un honnête succès, il est engagé parHenri Varna au Casino de Paris pour la revue Parade de France, consacrée au folklore des provinces. En bottes, chemise et pantalon bouffants, guitare à la main et veste sur l'épaule, il campe un chanteur corse de carte postale8 et obtient, dès le premier soir (le 14 octobre 1934), un triomphe inédit grâce à deux chansons que Vincent Scotto vient de composer pour lui, Ô Corse, île d'amour et Vieni, vieni. Les deux hommes travailleront sur bien d'autres chansons jusqu'à la mort de Vincent Scotto, en novembre 1952...

En 1936, il remonte sur la scène du Casino de Paris pour le spectacle Tout Paris chante, mais cette fois, la tête d'affiche c'est lui !

Parallèlement, il vend de plus en plus de disques, à savoir 80 000 par mois quand la deuxième vente culmine à 6 0009 ! Dans ces années 1930, l'industrie du disque balbutie et la radio n'a pas encore investi l'ensemble des foyers français. Elle va bientôt donner aux artistes une audience nouvelle, avec ce que cela représente sur les ventes de disques. Dans le cas de Tino Rossi, sa voix est tellement présente sur les ondes qu'en 1939, il demande lui-même, par écrit, aux stations de moins le programmer car il craint de saturer les auditeurs10 ! Si le disque et la radio ont largement stimulé la carrière de Tino Rossi, ils n'en ont pas moins trouvé en lui un support essentiel de pénétration dans les foyers...******************

En haut des affiches de cinéma

Après quelques "apparitions" vocales et silhouettes, en mars 1936, sort Marinella, un film écrit exprès pour la nouvelle coqueluche du disque et de la T.S.F. au physique à la Rudolph Valentino. Le film est un triomphe. Les chansons de Vincent Scotto qu'il y interprète (Marinella,Tchi-tchiJ'aime les femmes c'est ma folieLaissez-moi vous aimer) vont accompagner le Front Populaire. Tino Rossi ira d'ailleurs chanter pour les grévistes, notamment dans le hall des Galeries Lafayette15.

Dans la foulée, il enchaîne avec les péripéties à l'accent corse de Au son des guitares (où il lance Tant qu'il y aura des étoiles), puis tourneNaples au baiser de feu avec pour partenaires les grandes vedettes Viviane Romance et Mireille Balin, sans oublier Michel SimonMarcel Dalio et les dialogues d'Henri Jeanson.

  

(à 71 ans) à Neuilly-sur-Seine , est un chanteur , compositeur et acteur français . ...Dans les cabaret s en vogue, il chante Boris Vian ...

Biographie


Marcel Mouloudji est le fils d'un Algérien (kabyle), Saïd Mouloudji, né en 1896 ans le village de Leflaye (tribu d'At Waghlis, daïra de Sidi-Aïch), et d'Eugénie Roux, uneFrançaise originaire de Bretagne, née en 19011. Il est affligé d'un léger strabisme. La famille connaît de gros problèmes : alors qu'il n'a que dix ans, la mère de Marcel est internée pour désordre mental et son père, analphabète, logé dans une chambre de bonne, a du mal à élever ses fils dont l'aîné, André, est gravement malade et le second, un doux rêveur qui trouve à se loger au hasard des rencontres.

Durant son adolescence, il s'inscrit avec son frère dans un mouvement de jeunesse de gauche (les Faucons rouges, proche de la SFIO, animé par des éducateurs issus de différents courants du monde ouvrier)2.

En 1935, il fait la connaissance de Sylvain Itkinemetteur en scène membre duGroupe Octobre, organisation affiliée à la Fédération des théâtres ouvriers de France. Marcel Maillot, directeur d'une colonie de vacances du Syndicat du livre, le pousse à chanter avec son frère. Il est bientôt remarqué par Jean-Louis Barrault, qui cherche un enfant pour un spectacle. Durant cette période, Marcel est ainsi hébergé par Jean-Louis Barrault, qui l'introduit dans le milieu artistique de Paris. Il y participe à la vie artistique associée au Front populaire en 1936


 
  
Maurice Chavalier
Maurice Chevalier, né Maurice Auguste Chevalier3 
le 12 septembre 1888 à Paris20e et mort le 1er janvier 1972 
à Paris 15e, est un chanteur et acteur français.

En 1927, il se marie avec Yvonne Vallée et commence, cette même année, une carrière cinématographique à Hollywood qui l'éloigne de la France jusqu'en 1935 où il s'illustre notamment en 1934 dans les deux versions, anglaise et française, de La Veuve joyeuse d'Ernst Lubitsch. Il fera la rencontre de Duke Ellington qu'il fera engager pour faire sa première partie à Broadway et rencontrera à Hollywood Marlène Dietrich qui lui vaudra son divorce avec Yvonne. Le tube qui le fit connaître aux États-Unis était composé par Al Sherman et Al Lewis et s'intitulait : « Living In the Sunlight, Loving In the Moonlight » du film de Paramount La Grande Mare (The Big Pond).

En perte de vitesse à Hollywood, il décide de rompre avec la MGM et de rentrer en France. Nous sommes en 1935, ce sont de nouveaux succès de la chanson : Prosper (1935), Ma Pomme (1936), Y'a d'la joie (1937) créée par un jeune auteur dont le nom deviendra célèbre,Charles Trenet, puis la Marche de Ménilmontant (1941) en hommage à son enfance.

 

 Charles Trenet

 
 

Charles Trenet (né Louis-Charles-Augustin-Claude Trenet le

 18 mai 1913 àNarbonne -

mort le 19 février 2001

 à Créteil) est un poète auteur-compositeur-interprète français.

Surnommé « le Fou chantant », il est l'auteur de près de mille chansons,

dont certaines

sont devenues des

succès populaires intemporels, parmi lesquelles : La MerY'a d'la joie,

 L'Âme des poètes

Je chante,

 Douce FranceLa Romance de ParisLe Soleil et la LuneFleur bleue

Le Jardin extraordinaire

Que reste-t-il de nos amours ?Fidèle.

Au début des années 1930 il quitte Narbonne pour Paris pour poursuivre dans

le journalisme1,

ayant convaincu son père qu'il y étudie à l'école des arts décoratifs le dessin

et l'architecture

(comme son grand-père architecte)2. À son arrivée à Paris, pour gagner sa vie

il travaille finalement

dans les studios de cinéma Pathé-Nathan en tant qu'accessoiriste, et où il est

chargé de faire

les « claquettes » annonçant le début d'une scène. Il se mêle au groupe

d'artistes de Montparnasse.

Il rencontreAntonin ArtaudJean Cocteau et Max Jacob3, auxquels il confie

ses envies littéraires

et qui le surnomment le « téméraire ». S'inspirant de Pills et Tabet, il forme

en 1933 le duo Charles

et Johnny avec son ami le pianiste suisse Johnny Hess, rencontré en 1932

 au College Inn, un club de jazz

. Les deux compères, familiers du cabaret Le Bœuf sur le toit y rencontrent

souvent le chanteur

 Jean Sablon auquel ils confient l'interprétation de la chanson qu'ils composent

l'espace d'un soir,

 Vous qui passez sans me voir, qui deviendra bientôt un succès planétaire.

Joséphine Baker leur met le pied

à l'étrier en convainquant Henri Varna de les prendre sous contrat au Palace.

Adeptes du style fleur bleue,

ils chantent également au cabaret Le Fiacre jusqu'en 1936.

CHARLES TRENET - 1936 - Y'a d'la joie + Lyrics

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Sablon - Vous, qui passez sans me voir , 1936