Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/03/2012

1945 - reprendre la vie normale - c'est difficile après tous ces évènements


"Je monte à Combat, changement Rue d'Allemagne direction Gare d'Orléans, puis descend à Mazas."
Traduisez en 2011 par :
"Je monte à Colonel Fabien, change à Jaurès direction Austerlitz, puis descends Quai de la Rapée." 

Au cours de leur siècle d'existence, bon nombre de stations de métro furent rebaptisées
Pour la plupart, ces transformations eurent lieu après les deux guerres mondiales.
Certaines sonnaient un poil trop "germanique", d'autres furent renommées en l'honneur de résistants (Jacques Bonsergent, Colonel Fabien)

Beaucoup de changements subtils eurent lieu au fil des années. La liste qui suit ne recense que les plus notables.
 

Et tout commença un 19 juillet 1900 avec l'Exposition Universelle

 
15 centimes pour un billet de seconde classe, 20 centimes pour un Aller & Retour et 25 centimes pour la première classe. Voila le tarif en " anciens francs" au jour de l'inauguration de la première ligne de métro qui reliait alors la porte Maillot à la porte de Vincennes en 30 minutes. Le jour de l'inauguration 30 000 billets auront été vendus. (en savoir plus sur la construction de la première ligne : voir l'article du journal-le-matin- mars 1900)

 
 

 

Serge Gainsbourg - Le poinçonneur des Lilas - Chanson française

*********** 

 
 
 
 
 
 

Passy %28Viaduc de%29 5_T DC 52.jpg

L'Autobus
 
 

1946-1977

Après la seconde guerre mondiale, la production des bus reprend avec le 215 D. La plupart des carrosseries sont fabriquées par Scemia, une entreprise avec laquelle Renault a déjà coopéré avant la guerre. La concurrence sur le marché est très rude et Renault est même détrôné de sa première place par Chausson. La nouvelle tendance est que l’on place les moteurs à l’arrière et désormais Renault place également les moteurs de ses bus à l’arrière. La raison la plus importante était que, de cette façon, on garantissait une montée surbaissée à l’arrière pour les passagers. En novembre 1955, un regroupement a lieu à la production des bus. La division poids lourd de Renault fusionne avec Latil et Somua, donnant naissance à la SAVIEM LRS (Société Anonyme des Véhicules Industriels et d'Equipements Mécaniques). En 1957, SACA (un accord de coopération entre Floriat et Isobloc) se joint à Saviem, suivi peu après par le fabricant d’autobus Chausson, racheté en 1959 par Saviem. À partir de décembre 1961, la marque Floriat cesse la production et disparaît. Mais grâce à son affiliation avec Chausson, Saviem a à sa disposition une usine d’autobus moderne à Annonay.  Rapidement, la nouvelle marque devient familière sur le marché des bus et autocars. Ainsi, le nom Renault disparaît sur les poids-lourds (camions et autobus) mais est toujours présent sur les véhicules utilitaires légers, comme la Goélette par exemple. De petits autocars populaires, comme par exemple le Saviem SG2 et la Super Goélette, suivis plus tard par l’Alouette puis par le Trafic et le Master, sont livrés aux anciennes colonies françaises.

 

Une Peugeot 302

 

La voiture que pilotait Robert Denoël, le 2 décembre 1945, était une Peugeot de couleur grenat du type 302, immatriculée sous le n° 4848 RN 5, qui appartenait à la Société des Editions Domat-Montchrestien.

 
 
 
voiture colonel 1945

l'Usine Renault

 

Île Seguin à Boulogne-Billancourt, symbole des luttes sociales ouvrières[modifier]

En 1922, Louis lance sa première chaîne de montage moderne et en 1929 il démarre sa grande usine historique de fabrication moderne sur l'île Seguin à Boulogne-Billancourt, symbole et emblème de progrès industriel et symbole de luttes sociales. Il entre également en compétition effrénée dans tous les domaines industriels et techniques avec son grand rival André Citroën aux dépens des petits constructeurs qui disparaissent.

En 1928Jean Mermoz franchit la cordillère des Andes à bord d'un Latécoère 25 à moteur Renault.

En 1929, la marque est présente dans 49 pays partout dans le monde mais les États-Unis assurent 85% de la production automobile mondiale. Louis Renault rachète la société des avions Caudron, entre dans le capital d'Air France et participe à la création d'Air Bleu pour le transport postal aérien en France.

En 1934, Citroën lance avec succès la révolutionnaire Citroën Traction Avant, mais André Citroën doit déposer le bilan suite à une gestion hasardeuse et meurt en 1935. Malgré les sollicitations du gouvernement, Louis refuse de reprendre son concurrent par peur des difficultés de fusion au profit de l'industriel Michelin.

En 1936, à la suite de la victoire du Front populaire aux élections législatives d'avril, les ouvriers de Renault Boulogne-Billancourt deviennent les leaders de l'amélioration des conditions de travail et de vie et de la lutte ouvrière syndicale en France. La production atteint en même temps le chiffre record de 61 146 véhicules.

Nationalisation

Le 16 janvier 1945, trois mois après la mort de Louis Renault, une ordonnance du Gouvernement provisoire de la République française présidé par le général de Gaulle prononce la dissolution de la société Renault et sa nationalisation sous le nom de « Régie nationale des usines Renault »11. Dans l'exposition des motifs, Louis Renault était accusé de manière vague. Les auteurs de l'ordonnance avaient estimé, lors de la préparation du texte, qu'un tel acte serait « exorbitant du droit commun ». Avant même la publication de l'ordonnance, le directeur, René de Peyrecave, qui avait eu la responsabilité effective de l'usine pendant l'occupation, et qui la revendiquait, est mis en liberté provisoire. En 1949, il obtient un non lieu.

En 1982, un résistant de l'Organisation civile et militaire et cadre de l'entreprise, Robert de Longcamps, réclame en vain la réhabilitation de Louis Renault « injustement accusé de collaboration avec l'ennemi », mais sa lettre au garde des Sceaux, Robert Badinter, reste sans réponse. Le centralien Pierre Lefaucheux, ingénieur membre de la résistance, est nommé directeur général de la nouvelle régie nationale.
D'après l'acte de nationalisation, « C’est en connaissance de ces faits (prestations pour l’armée allemande) et en pleine connaissance des préjudices qu’ils ont causés au pays, que le gouvernement a décidé de procéder à la nationalisation de ces usines ... ». Et pourtant, au même moment, le commissaire du gouvernement met René de Peyrecave, P-DG des usines Renault, en liberté provisoire, en estimant que « l'entreprise avait travaillé sous la contrainte et sans zèle pour l'occupant » 12.

Le 29 juillet 1967 une loi a reconnu le droit à l'indemnisation partielle de Jean-Louis Renault, unique héritier direct de Louis Renault vis-à-vis de biens personnels non industriels (aucune référence).

En 2011, sept des petits-enfants de Louis Renault engagent une procédure afin d'obtenir une indemnisation du préjudice causé par la nationalisation. Ils tentent de faire valoir la question prioritaire de constitutionnalité, en arguant du fait que l'ordonnance N° 45-68 du 16 janvier 1945 qui institue la nationalisation serait contraire aux droits fondamentaux, de la propriété notamment. Ils sont déboutés le 11 janvier 2012 : Le Tribunal de grande instance de Paris se déclare incompétent pour statuer sur leur demande. Leurs avocats ont annoncé qu'ils feraient appel.

Description de cette image, également commentée ci-après

Louis RENAULT


Revenons chez Francine

le temps passe, Francine prends de l'age, à part l'école, les promenades au bois de boulogne ou de saint cloud , il n'y a pas beaucoup de distraction. La patinoire Molitor est trop cher pour Péguy, les activités sportives, Francine ne rafole pas, alors Péguy qui est en manque de musique du fait qu'il n'y a plus de séance de musique à l'Opéra, il lui vient une idée, faire apprendre le piano à Francine. mais c'est cher aussi. Alors Péguy va voir une femme professeur de piano et elle lui raconte son problème, alors cette femme lui propose de faire un essais avec Francine et si elle la trouve bonne elle lui fera des cours gratuits. 

Donc début des séances de piano, pas question de faire du solfège, Francine ne semble pas aimer du tout, alors quoi faire, proposition, un livre de musique de F.Chopin.

et c'est parti

Francine fait des progrès étonnants et les titres se succèdent cela lui rends la vie moins monotone

à la maison répétition, et dans le futur, un concours pour avoir au moins un diplome, alors ça marche bien.le piano fume par tous les bouts, car Francine à trouvé le autre moyen de se faire du piano une harpe,elle ouvre le bas du piano et joue sur les cordes, c'est n'importe quoi.

A part cela c'est très monotone.

ily a aussi le cathéchisme pour préparer la communion.

et puis, un jour, le Monsieur qui était venu à la maison pour dire que Lulu était à l'hôpital refait surface, une lueure d'espoire pour Francine; mais rien de tout ça; c'était pour Péguy, une entre vue avec Mémé tous les trois, (qui s'est très mal passée) mais le plis était pris. C'était CPM qui venait faire sa cour à Péguy. Il était veuf, puis divorcé, et avait un fils d'un an de plus que Francine.

On a commencé par les présentations ; et puis on est sortie le dimanche dans sa monaquatre

La première était peu après la Monaquatre de 8 CV et en 1935, la Celtaquatre , un 1500 rapide et économique a reçu une large acceptation. Mais sans aucun doute, le grand événement représentait la Juvaquatre , qui est la première Renault avec de l'acier autoporteuse avec moteur à quatre cylindres de 1003 cm3 et a été le modèle le plus réussi, avant la Seconde Guerre mondiale et qui, en 1939, avait produit 27.000 exemplaires .

 

800px-Renault_monaquatre.jpg

 c'était le commencement d'une nouvelle vie, un futur beau papa un 1/2 frère et une Péguy plus heureuse et Mémé pas très contente car à l'époque sans divorce, pas de remise en route avec un autre.

Pour le moment CPM habite à l'hôtel et JP en pension, car sortant d'un divorce il y a laissé sa chemise et le pantalon avec. Donc il va se mettre à rechercher un logement, maintenant qu'il à retrouvé le gout à la vie. et ensuite.........

 

Luis Mariano - Oublie-moi - Chanson de 1945

 


 

 

La Cage aux Rossignols "Ô Nuit..."1945

 

 

 

18:45 Publié dans Blog, Coup de coeur/Coup de griffe, Famille, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook | | Pin it! | | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.