Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/03/2012

1944 et ses perturbations - toujours la guerre -mais la paix arrive.....

Calendrier de 1944


 

1944 02 11 actualité françaises Attentats Terroristes


1944 - France-Actualités - Discours De Philippe Henriot



mars

Bombardement de Nuremberg


Le 30 et le 31 mars 1944, la Royal Air Force britannique a lancé des raids sur la ville allemande de Nuremberg. Bien qu'il ne s'agisse pas de la première mission de bombardement stratégique, la journée du 31 mars est célèbre, car elle est marquée par les plus graves pertes de l'aviation britannique : le nombre de morts en une nuit est plus important que celui des victimes depuis le début de la Seconde Guerre mondiale

1944
3 mars

Yves Montand sur une scène parisienne


Le chanteur marseillais d'origine italienne Ivo Livi, alias Yves Montand, fait ses premiers pas sur la scène du cabaret l'ABC. Il avait quitté Marseille pour Paris afin d'échapper aux milices qui veulent l'envoyer au STO. Il se produisait à Marseille depuis 1938

 

1944 04 14 France Actualités Francs Garde a Vichy


 Le débarquement en Provence (1944) Seconde Guerre Mondiale


EDITH PIAF LE CIEL DE PARIS.


Radiodiffusion française télévision

Suite à la remise en état de l’émetteur VHF en 441 lignes noir et blanc de la tour Eiffel, les émissions de télévision reprennent le 1er octobre 1944 depuis les studios abandonnés en août par la chaîne franco-allemande Paris-Télévision, 13-15 rue Cognacq-Jay, dans lesquels s'est installée la Télévision française. Le 17 décembre 1946, la télévision, maintenant au sein de la Radiodiffusion française (RDF), diffuse son premier bulletin de météorologie et reprend une programmation régulière (douze heures par semaine) en octobre 1947. Le premier évènement retransmis est l'arrivée du Tour de France le 25 juillet 1948, commenté en direct du Parc des Princes par Jacques Sallebert. Le 20 novembre, le ministre de l'Information, François Mitterrand, fixe par décret le standard du réseau français à 819 lignes VHF4.

Résistance intérieure française

La résistance intérieure française, appelée en France la Résistance, désigne l'ensemble des mouvements et réseaux clandestins qui durant la Seconde Guerre mondiale ont poursuivi la lutte contre l'Axe et ses relais collaborationnistes sur le territoire français depuis l'armistice du 22 juin 1940 jusqu’à la Libération en 1944.

Midi libre

Midi libre est un journal quotidien régional français, fondé en 1944 dont le siège se trouve à Saint-Jean-de-Védas, près de Montpellier. Il est diffusé dans la régionLanguedoc-Roussillon et le département de l´Aveyron. Après avoir été racheté par le groupe Le Monde à ses actionnaires historiques en 2001, il est devenu en 2007 la propriété du Groupe Sud Ouest, basé à Bordeaux.

Historique

Midi libre est publié pour la première fois le 27 août 1944 lors de la Libération deMontpellier a plus de 50 000 exemplaires ; il est alors l’ « organe du comité régional du mouvement de libération nationale » comme l’indique son sous-titre. Ce premier numéro relate notamment l'arrivée du général De Gaulle à Paris.

Il a été fondé par Jean Bène, maire de Pézenas et président du Comité de Libération de l’Hérault et Armand Labin journaliste et résistant d'origine roumaine dont le nom perdure dans l'ours du journal actuel. La nouvelle entreprise utilise les locaux du 12 rue d'Alger et les moyens d’impression des journaux L'Éclair et Le Petit Méridional qui ont été interdits pour avoir été diffusés sous l'Occupation.

Le numéro 1, publié le 27 août 1944, est l’œuvre d’une équipe de résistants menée par Armand Labin (nom de guerre : Jacques Bellon), le premier PDG et Maurice Bujon, le premier rédacteur en chef. « Au fil des ans », raconte l’historien Félix Torrès dans une brochure publiée à l’occasion du cinquantième anniversaire du journal, « Midi Libre a su survivre, se développer, gagner sans cesse de nouveaux lecteurs, évincer ses rivaux régionaux de l’Hérault et du Gard, acquérir ceux de l’Aveyron, de l’Aude et des Pyrénées-Orientales... La formule des années 50-60 est plus que jamais vraie : des Alpes aux Pyrénées, de l’Auvergne à la mer. ».

Le siège du journal à Saint-Jean-de-Védas

Le siège de l'entreprise a été déménagé à Saint-Jean-de-Védas, dans la proche banlieue de Montpellier, près de l'autoroute A9. Les terrains ne manquaient pas à l'époque, ce qui a permis d'y construire les bâtiments nécessaires aux nouvelles et spacieuses rotatives.

L'actionnaire majoritaire actuel est le groupe Sud Ouest. Midi libre est un des titres d'un groupe régional (Les Journaux du Midi), avecL'Indépendant et Centre Presse aveyronais.


 

Les jours qui ont marqué la Bataille de Normandie

Dimanche 18 juin 1944

 

Le premier objectif du 7ème corps américain est atteint : le Cotentin est coupé en deux selon une ligne qui relie Utah Beach et Barneville. Les forces allemandes qui défendent les environs de Cherbourg, le nouvel objectif du 7ème corps, ne peuvent plus rejoindre leurs lignes au sud. Elles sont condamnées à ne plus être ravitaillées. Ils sont près de 40 000 dans cette situation critique. Les Américains, de leur côté, maintiennent la pression et bombardent sans arrêt les lignes de défense allemandes qui reculent heure par heure. Les combats sont violents, bien que le moral des défenseurs soit au plus bas.

Les attaques américaines dirigées vers le nord sont multiples en-dessous d'une ligne reliant Montebourg à l'est, Valognes au centre et Les-Pieux à l'est. L'armada alliée se regroupe au large de Cherbourg pour appuyer au plus près les forces terrestres lors de leur progression, et préparent les bombardements de fortifications protégeant la ville et son port en eau profonde. A l'est du Cotentin, la 4ème division d'infanterie américaine attaque en direction Montebourg.

Sur le front britannique, au nord et nord-ouest de Caen, les combats entre les divisions d'infanterie mécanisée sont toujours aussi violents et la chute de la capitale du Calvados ne semble pas être possible avant plusieurs semaines. Cette situation est désastreuse pour les aviateurs Alliés qui ne disposent pas d'assez de territoire pour installer des pistes d'aviation. En revanche, les divisions blindées allemandes sont comme attirées vers l'est de la Normandie, libérant ainsi les Américains sur le front Ouest. A partir du 18 juin commence une nouvelle bataille de grande envergure, localisée dans les environs de Tilly, sensée ouvrir le front.

 

Evolution des combats en Normandie le 18 juin 1944 à minuit (cliquer sur la carte pour agrandir) :

Image : Carte de l'evolution des combats en Normandie le 18 juin 1944 à minuit

 

 http://www.dday-overlord.com/18_juin_1944.htm

 

10 juin 1944

Le martyre d'Oradour-sur-Glane

 

 

 

Le matin du 10 juin 1944, des chenillettes chargées de soldats allemands s'arrêtent à Oradour-sur-Glane. Cette bourgade paisible, proche de Limoges, compte au total 1200 habitants.

La compagnie qui vient d'y pénétrer appartient à la division SS Das Reich du général Lammerding.

Les Allemands ont été attaqués dans les jours précédents par les maquisards qui veulent freiner leur remontée vers la Normandie où les Alliés viennent de débarquer. En guise de représailles, le général Lammerding ordonne à la compagnie de détruire Oradour-sur-Glane. La compagnie SS compte environ 120 hommes qui se sont déjà illustrés en Russie dans l'extermination des populations civiles.

En début d'après-midi, le bourg est cerné et la population rassemblée sur le champ de foire sous le prétexte d'une vérification d'identité, sans oublier les enfants des écoles.

Les SS agissent dans le calme et la population s'exécute sans broncher.

Les hommes sont séparés des femmes et des enfants. Ils sont divisés en six groupes et enfermés dans des granges, sous la menace de mitraillettes. Vers 16 heures, les SS tirent des rafales et tuent les malheureux en quelques secondes. Puis ils mettent le feu aux granges bourrées de foin et de paille où gisent les cadavres.

Pendant ce temps, les femmes et les enfants sont enfermés dans l'église et des SS y déposent une caisse d'explosifs et de la paille. Le feu commence de ravager l'édifice. Pour s'assurer de l'extermination de tous les occupants, les SS leur tirent dessus.

Leur forfait accompli, ils pillent le village et achèvent de l'incendier. Au total, ils laissent 642 victimes. Parmi elles 246 femmes et 207 enfants, dont 6 de moins de 6 mois, brûlés dans l'église. Oradour-sur-Glane est devenu en Europe occidentale le symbole de la barbarie nazie.

http://www.herodote.net/evenement-19440610.php

 

À LA UNE EN 1944

 

● 25 août 1944

Paris libéré !

 

Les alliés débarquent en Normandie !

  6 juin 1944


Le jour J est enfin arrivé !
Les Alliés lancent "l'opération Overlord" et débarquent sur les plages de Normandie. 176.000 hommes, des Américains, Britanniques, Canadiens et 177 Français intégrés à la 1ère Spéciale Service Brigade britannique prennent pied sur le sol français.

Les femmes obtiennent le droit de vote en France

  21 avril 1944

Le mouvement suffragiste est lancé par deux principales organisations féministes, l’Union Française pour le Suffrage des Femmes et la Ligue Française pour le droit des femmes, qui réclament un suffrage véritablement universel. Cependant, elles hésitent à devenir aussi virulentes que les suffragettes britanniques, et se limitent en grande partie à l’organisation de conférences dans les écoles et mairies, tout en tentant d’étendre le mouvement en province et d’obtenir le soutien de groupes politiques masculins. Elles veulent que la question du droit de vote des femmes soit inscrit dans l’agenda politique, ce qui sera le cas plusieurs fois mais sans succès.

Des propositions de lois en faveur du vote des femmes ont été proposées à de nombreuses reprises par l’assemblée nationale entre 1919 et 1940. Mais celles-ci ont été systématiquement rejetées par le sénat, plus conservateur et dominé par le parti radical. Celui-ci justifie son refus en argumentant que les femmes sont traditionnellement plus proches de l’église, et leur vote serait donc influencé par cette dernière. 

En 1936, trois femmes entrent dans le gouvernement Léon Blum, ce qui leur donne des responsabilités politiques sans qu’elles aient pour autant le droit de voter. 

Le droit de vote leur est finalement accordé à la fin de la seconde guerre mondiale par le Comité Français de Libération Nationale. Elles ne pourront cependant le mettre en pratique qu’un an plus tard, le 29 avril 1945, lors des élections municipales.








Un peu de musique pour digérer tous ces évènement

 

"La Marche de Ménilmontant" de Maurice Chevalier

 

  Janvier 1944


 

25 août 1944

La Libération de Paris

 

 vendredi 25 août 1944, à 15h 30, le général Philippe Leclerc de Hauteclocque (43 ans) reçoit à Paris, devant la gare Montparnasse, la capitulation des troupes d'occupation de la capitale.

Le document est signé par le général Dietrich von Choltitz, commandant du 84e corps d'armée. Il est aussi contresigné par le colonel Henri Rol-Tanguy, chef régional des FTP-FFI (Francs-tireurs et partisans des Forces Françaises de l'Intérieur).

Une heure plus tard, le général Charles de Gaulle lui-même arrive à la gare et se voit remettre par Leclerc l'acte de capitulation.

Il se rend ensuite à l'Hôtel de Ville où il est reçu par Georges Bidault, président du Conseil national de la Résistance. Comme celui-ci lui demande de proclamer le rétablissement de la République, de Gaulle rétorque qu'elle n'a jamais cessé d'exister.

Sur le perron, devant une foule enthousiaste et joyeuse, sous un beau soleil estival, il célèbre en des termes flamboyants la Libération de Paris : «Paris martyrisé ! mais Paris libéré !...». Son discours improvisé est aussitôt retransmis à la radio.

Le soir, de Gaulle s'installe au ministère de la Guerre en qualité de chef du gouvernement provisoire de la République française et le lendemain, le chef de la France libre descend en triomphe les Champs-Élysées, suivi de Leclerc et de ses fidèles de la première heure auxquels il a recommandé de se tenir derrière lui.

Dans une joyeuse pagaille, acclamé par deux millions de Parisiens, il arrive à la Concorde. Là éclatent des coups de feu sporadiques. Puis le général gagne Notre-Dame pour un Te Deum passionné.

Lourd bilan

La Libération de Paris a débuté le 10 août 1944 avec la grève des cheminots.

Entre cette date et l'entrée des troupes du général Leclerc dans la capitale le 25 août suivant, elle aura causé la mort de 76 soldats de la 2e division blindée ainsi que de 901 résistants des FFI et de 3.200 Allemands (12.800 soldats allemands sont aussi faits prisonniers).

Parmi les drames les plus désolants, gardons en mémoire le souvenir de 35 garçons et filles qui avaient maladroitement confié à un agent double leur désir de combattre. Dans la nuit du 16 au 17 août, ils sont livrés par celui-ci à la Gestapo(police allemande) qui les fusille sans délais près de la cascade du bois de Boulogne.

Fusillés de la cascade du bois de Boulogne

Les fusillés de la cascade du bois de Boulogne sont un groupe de 35 jeunes résistants français qui, le 16  août 1944, à la veille de la Libération de Paris, ont été attirés dans un guet-apens et abattus par l'occupant allemand à proximité de la grande cascade du bois de Boulogne1.

Monument

Un monument a été érigé sur le lieu de leur mort. Il est le fruit d'une souscription publique qui a réuni 600 000 francs. Sa construction a été autorisée par une délibération du conseil municipal de Paris en date du 13 décembre 1945, et son inauguration a eu lieu le 6 juillet 19462.

En outre, un chêne portant des traces des balles les ayant tués est marqué d'une plaque commémorative portant l'inscription (« Passants, respectez ce chêne : il porte les traces des balles qui ont tué nos martyrs »)3,4.

Nicolas Sarkozy s'y rendu le jour de son investiture à la présidence de la République, le 16 mai 20075

.

sous la cascade du bois de Boulogne

Des foules de patriotes français en ligne sur les Champs Elysées-edit2.jpg




Parisiens en ligne des Champs-Élysées que 2e DB française des chars et des pistes demi s'écouler avant que le Arc de Triomphele 26 Août

 

 

 

 

Et pendant tous ces évènements que devient Francine


Péguy à changé de travail, mais c'est toujours à l'autre bout de Paris et il y

a  1h de métro matin et soir. Sa nouvelle Patronne a une maison

inocupée dans la Sarthe et propose à Péguy d'y envoyer la Mémé avec

Francine pour quelque temps, au moins à la campagne le ravitaillement

est plus facile, Péguy se propose d'y aller tous les dimanche afin de les

voir toutes les deux, la vie de Paris est en perpétuelle évolution. 

Le temps est long il n'y a rien à part les vaches mais il y a manger.

Péguy vient par le train passer le dimanche et le soir repart pour aller

travailler. Francine déprime et chaque fois qu'elle entend un train c'est la

crise de larmes car Péguy ne viens pas ,toutes la semaine c'est le mème

désespoir. Donc il faut revenir à Boulogne pour retrouver sa maman.

Pendant ce temps d'abscence son amie Odette avec son mari ont participé

à cette solitude et lors du retour de Francine il y avait ses petites amies qui

comptaient beaucoup  elles étaient devenues inséparables.

Le dimanche il y avait une sortie à la campagne avec l'auto de Pierre une

Rosalie Citroën 

en plus elle a retrouvé son Pépé et Mémé d'adoption qui s'en occupait

comme leur petite fille, le couple n'ayant pas eu d'enfant c'était une aubène

 

Il y a toujours les promenades avec les locataires devenus inséparable .

 

C'est plus sympa que de se promener tout seul.

 

La Libération de Paris à apporté pas mal de bonne chose,comme du pain Blanc….. chose introuvable pendant la guerre, plus de  ticket de ravitaillement. L’immeuble retrouve ses habitants qui étaient partis en Allemagne pour travailler.

 

Mémé a toujours la corvée d’emmener Francine au bois de Boulogne ou il y a des balançoires , des manèges et guignol.

Quand les parents de ses copines s’en vont en voyage en Amérique pour le travail Mémé en à la garde et le soir c’est la fiesta dans la chambre.

Malgré tout  ces divertissements Francine à un manque de son Lulu, elle

ne sait pas quand elle le reverra cette séparation la perturbe beaucoup.

Elle joue des tours à Péguy, un jour très en colère sa mère la colle à la

porte de l’appartement pour la punir, Francine ne manquant pas de

ressources c’est enfuie, Péguy s’en est aperçue et à ameuté tout

l’immeuble pour retrouver sa fille, cela à duré un bon moment, pour en finir

Francine s’était cachée dans une vieille malle qui était dans le

grenier……… En parlant de cette malle qui n’était pas la seule Francine et

ses copines se retrouvaient souvent au grenier car dans ces malles aux

trésor il y avait plein de chose, dont un gros lustre avec des perles en

cristal, idéal pour se faire des colliers et de vieux habits pour se déguiser,

c’était formidable.

A la libération, il y avait des prisonniers allemands un peu partout ceux qui

ont été pris par le FFI. Avec son copain Dédé ils en ont trouvé un dans la

cave de l’immeuble, bien sur ce n’était pas normal pour des enfants de voir

ce jeune dans la cave, alors Dédé et Francine voulait trouver un moyen

pour le faire sortir mais le cadenas était résistant si je peu dire…. Alors en

désespoir de cause ils apportaient à manger à ce pauvre bougre qui

n’avait certes pas demandé de faire la guerre. Et un jour plus de prisonnier

il était parti à leur grand  désespoir il était devenu sympa………

L’arrivée des américains dans la ville c’était la folie, Francine et son copain

grimpaient sur les tanks on leur donnait des bonbon et des chewing gum  ,

les premiers, c’était un vrai bonheur. 

Enfin libre.............La vie à repris son cours normal, métro, boulot, dodo,

Clipart fraise gif

Clipart pain baguette gif Clipart patate farcie gif

image_transport_486.jpg

machine à coudre

lit enfant rose

 

12:00 Publié dans Blog, Coup de coeur/Coup de griffe, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |  Facebook | | Pin it! | | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

coucou francine

merci de ta visite ..ton blog est génial et super intéressant mais je ne trouvais pas où mettre un com car ton article est tres long .
bonne soirée et bisoussssssssssss me suis inscrite à ta news

Écrit par : marithé | 18/03/2012

Félicitation pour ce blog que je trouve très bien documenté. Un véritable petit recueil de souvenirs. juste un petit conseil : il vaut mieux faire plusieurs pages courtes plutôt que des pages trop longues. C'est plus agréable à lire pour le visiteur et plus facile pour retrouver une archive. Mais chacun fait comme il l'entend.
Bravo encore.
Je m'inscris à la newsletter.

Écrit par : Lamigeo | 19/03/2012

Les commentaires sont fermés.