Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/03/2012

La vie de la France et de Francine en 1937

Tour de France 1937

Le 31e Tour de France a eu lieu du 30 juin au 25 juillet 1937 sur 20 étapes pour 4 415 km.

Tour de France 1937.png

Généralités

  • Ce Tour se caractérise par de nombreuses étapes fractionnées en 2 ou 3 secteurs, soit 31 arrivées d'étapes différentes.
  • Le dérailleur est autorisé pour la première fois.
  • À la fin de la 16e étape à Bordeaux, une pénalité de 15 secondes pour le maillot jaune du moment, Sylvère Maes, provoque sa colère et son abandon du Tour avec toute l'équipe belge1,2.
  • La vitesse moyenne de ce Tour est de 31,768 km/h.
  • Classement général

     
    Classement général final
    1. Roger Lapébie Drapeau de France France 138h58'31"
    2. Mario Vicini Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Italie à 7'17"
    3. Léo Amberg Drapeau de Suisse Suisse à 26'13"
    4. Francesco Camusso Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Italie à 26'53"
    5. Sylvain Marcaillou Drapeau de France France à 35'36"
    6. Edward Vissers Drapeau de Belgique Belgique à 38'13"
    7. Paul Chocque Drapeau de France France à 1h05'19"
    8. Pierre Gallien Drapeau de France France à 1h06'33"
    9. Erich Bautz Drapeau : Allemagne Reich allemand à 1h06'41"
    10. Jean Fréchaut Drapeau de France France à 1h24'34"
    98 partants, 46 classés  

    POLITIQUE
  • Crise

    Mais les difficultés du Front populaire ne furent pas pour autant effacées. En effet, la France était dans une grave crise économique depuis 1931, et la politique économique du Front populaire ne parvint pas à relancer la production, la consommation, ni à réduire le chômage. Ainsi, la hausse des prix annula vite celle des salaires prévue par les accords de Matignon. Ce fut une des causes de la chute du Front populaire, très vivement critiqué par la presse dès l'automne 1936.

    Sur le plan intérieur, le gouvernement Blum parvint à résoudre la crise sociale. Mais dès l'été 1937, il dut faire face à diverses difficultés économiques qui le poussèrent à dévaluer (voir dévaluation) le franc dès le 17 septembre, cette situation transforma l'inquiétude de la droite en opposition résolue. Le 24 février 1937, il décide également une pause dans les réformes. Des réformes importantes comme celles des retraites sont alors abandonnées[réf. nécessaire]. La pause ne rencontre guère la réussite, puisqu'elle déçoit l'aile gauche de la SFIO et le PCFsans apaiser l'opposition de droite, qui la considère comme un aveu de faiblesse du gouvernement.

    Par ailleurs, les attaques calomnieuses de l'extrême droite affaiblirent plusieurs personnalités du Front populaire, à commencer par Blum lui-même : son arrivée au pouvoir déclencha en effet une vague d'antisémitisme d'une très grande ampleur, visant à remettre en cause sa crédibilité et sa loyauté aux intérêts de la France. De même, une campagne médiatique agressivement diffamatoire menée notamment par l'Action française et par Gringoire45 déstabilisa Roger Salengro, ministre SFIO de l'Intérieur et l'un des principaux artisans des accords de Matignon. Accusé, sans aucun fondement46, à partir du 14 juillet 1936 d'avoir été déserteur durant la Première Guerre mondiale, il fut rapidement innocenté, mais ne supporta pas de voir son honneur de patriote sali et se suicida le 17 novembre 193647.

    Dans la presse française se formèrent de fait deux camps bien distincts, d'une part les partisans du Front populaire (l'HumanitéLe PopulaireL'ŒuvreVendrediMarianne, etc...), d'autre part les opposants (L'Action françaiseL'Ami du peupleLe JourCandideGringoire,Je suis partout, à l'extrême droite ; L'Écho de ParisLe Temps, à droite, etc...). Entre ces deux positions, très peu de journaux ou d'hebdomadaires jouèrent la carte de la neutralité. La presse allant dans le sens du Front populaire était largement plus faible que la presse d'opposition et l'une comme l'autre contribuèrent à l'échec du gouvernement du Front populaire. C'est dans la presse étrangère, notamment anglo-saxonne, que parurent les analyses les plus objectives.

    Le 21 juin 1937, le premier gouvernement Blum présenta sa démission. Le radical Camille Chautemps prit sa succession. Il reprit, à un rythme ralenti, les réformes du Front populaire, créant, notamment, la SNCF. L'aggravation de la situation économique (creusement du déficit budgétaire) poussa Chautemps à réclamer les pleins pouvoirs, ce qui lui fut refusé le 9 mars 1938, en partie à cause des votes socialistes[réf. nécessaire]. Son ministère prit fin suite à ce refus.

    Ensuite, en mars-avril 1938, après avoir été rappelé le 13 mars par le président de la République Albert Lebrun, Léon Blum forma un éphémère gouvernement, puis démissionna, n'arrivant pas à obtenir les pleins pouvoirs financiers auprès du Sénat, dans le but d'appliquer de grandes réformes financières pour sortir la France du marasme économique. Le radical Édouard Daladier le remplaça, décidé à « remettre la France au travail » et revint sur plusieurs réformes du Front populaire.

    Bilan

    Le bilan du Front populaire est « contrasté »48. Il introduit de nombreuses réformes historiques, notamment en matière économique et sociale : congés payés, semaine de quarante heures (réduction du temps de travail), établissement des conventions collectives.

    La question de l'héritage du Front populaire, de l'état dans lequel il laissa la France en 1938, suscita bien des passions. Ainsi, le régime de Vichy lui attribua la responsabilité de la défaite française face à l'Allemagne nazie, ce que les historiens ne font pas49. On retient de cette période ces grèves joyeuses et les premiers congés payés qui permirent à des travailleurs de partir en vacances souvent pour la première fois (Léon Blum parle d'« embellie dans les vies difficiles »).

    le spectacle

    Le théâtre de Belleville est un théâtre aujourd'hui disparu inauguré le 25 octobre 1828 dans le village de Belleville, situé alors dans la banlieue parisienne proche. Il s'élevait dans la cour Lesage, une cour ouverte sur larue de Paris (aujourd'hui rue de Belleville) à la hauteur du numéro 46 et sur la rue du Théâtre (une rue aujourd'hui disparue qui donnait dans la rue de Tourtille).

    En janvier 1860 il devient un théâtre parisien, suite à l'agrandissement de Paris qui annexe le village de Belleville.

    En 1932 il est démoli et remplacé par un nouveau bâtiment dont seul le rez-de-chaussée offre une salle de spectacle.

    À partir de janvier 1937 et jusque dans les années 1940 y alternent théâtre et cinéma, puis c'est juste une salle de cinéma.

    En 1958 il est transformé en music-hall et ferme définitivement en 1962.

    Belleville compta jadis au moins deux autres théâtres également aujourd'hui disparus : le théâtre populaire de Belleville et le théâtre nouveau.

    Fichier:Théâtre de Belleville 2.jpg

    Le théâtre au fond de la cour Lesage vu depuis la rue de Belleville.



    Le théâtre au fond de la cour Lesage vu depuis la rue de Belleville.

    Reconstruction, continuité et disparition du théâtre de Belleville

    Le directeur du théâtre, Joseph-Édouard Holacher, par toutes sortes de démarches financières, avec le soutien de la population bellevilloise, du milieu professionnel et de la mairie du 20ème arrondissement parvient en moins d'un an à le faire reconstruire à l’identique.

    À l'automne 1870, durant le siège de Paris, on y donne une représentation dont la recette est destinée à servir à l’achat d’un canon ou d’une mitrailleuse en faveur d’un bataillon bellevillois de la garde nationale.

    Henri Avenel nous apprend qu'en 1889 se trouve juste derrière ce théâtre la célèbre goguette de Lepilleur8. Son adresse exacte est 12, rue du Théâtre9.

    De 1862 à 1907 le théâtre de Belleville est dirigé par Joseph-Édouard Holacher, puis ses fils Édouard et Louis. Après le décès d'Édouard Holacher les deux directeurs qui lui succèdent eurent bien du mal à continuer à faire vivre le théâtre. C’est qu’il ne se trouvait désormais plus le seul théâtre dans son secteur. Il y avait aussi le théâtre populaire de Belleville et le théâtre nouveau, situés près de lui au bord de la rue de Belleville.

    En 1932, le directeur de l’époque, Paul Caillet, fait détruire le bâtiment du théâtre de Belleville et élever à sa place un immeuble de style Art déco avec un théâtre de 1300 places au rez-de-chaussée compris dans un complexe comprenant un restaurant, un dancing et un garage.

    À partir de janvier 1937 et jusqu’à la fin des années 1940 dans la salle alternent en soirées théâtre et projections de films. Puis c'est juste un cinéma assez pittoresque avec deux balcons dans la salle. Il conserve le nom de théâtre de Belleville.

    En 1958 il devient un music-hall. En 1962, il ferme.

    L'immeuble est vendu à une société de distribution alimentaire asiatique.

    Aujourd'hui et depuis quelques années, c'est un restaurant qui occupe l'emplacement de l'ancien Théâtre de Belleville, dont seule dans le quartier la pharmacie du Théâtre, toujours existante, rappelle le souvenir.

    Les artistes

    Gerard Deschamps est un artiste plasticien français né en 1937 à Lyon.

    Gérard Deschamps

    artiste français du Nouveau Réalisme

    Les oeuvres les plus récentes de Gérard Deschamps contrastent singulièrement avec ses premières réalisations. Exit les tissus usagés, désormais Deschamps expose ses pneumostructures, objets arrondis, lisses, standardisés, formatés, aux couleurs criardes, glanés en supermarché : la société de loisir et de consommation, les concepts marketing sont figurés ici, sans pour autant faire réellement l'objet d'une dénonciation; les pneumostructures conservent en effet toute la dimension ludique de leur matière première. L'artiste reste finalement fidèle à lui-même, en cela qu'il continue à associer des éléments détournés de leur usage initial dans une volonté de conservation des choses de son temps.

    gérard deschamps casimir


    Fichier:Deschampsgerard.png
    Gérard Deschamps (Capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain).


    Yves Lévêque est un artiste français né le 2 janvier 1937 à Boulogne-Billancourt, de mère nord-américaine et de père français.Fichier:Yvesleveque.jpg

    Biographie

    Après des études secondaires il s'engage dans la peinture dès 1962 en pur autodidacte. Il rencontre alors un grand nombre de philosophes parmi lesquels François ChâteletGilles Deleuze, et Kostas Axelos, qui deviennent des amis; ainsi que des auteurs comme Julien Green,Jean PaulhanGiuseppe Ungaretti. Il quitte Paris en 1967 pour la campagne où il demeure jusqu'à ce jour, car son "locus patriae" est le champ, la terre, les oiseaux ou les insectes.

    Sa première galerie fut celle d'Henriette Gomès, la marchande de Balthus puis des Clarac, et la Galerie du Dragon. S'ensuivent toute une série d'expositions dans les galeries, les salons et les musés.

    Ses expositions à la Galerie Jacques Bailly, Daniel Gervis et maintenant la Galerie Guillaume, eurent des préfaciers exceptionnels: Michel Tournier, François et Noëlle ChâteletGermain Viatte, etc.

    "Le cheminement d'Yves Lévêque est d'une rare cohérence. Tout ramène au centre même de sa méditation: la terre. Pour cet artiste exigeant, ce thème, toujours repris sous mille facettes différentes, est d'une richesse inépuisable: le miroir du monde. Cette peinture a la transparence blonde et nacrée de la lumière; des champs elle a la densité, le poids, une certaine qualité granuleuse, presque tactile. Elle est aussi peinture de silence et d'apparente immobilité, d'un lyrisme grave d'autant plus émouvant, qu'il est exactement contrôlé." Michel Tournier1

     

    Marc Danval, né à Ixelles le 18 février 1937 est écrivain, artiste et chroniqueur de jazz et de gastronomie belge d'expression francophone,comédien au Théâtre royal du Parc de Bruxelles jusqu'en 1961.

    Grand collectionneur de disques et spécialiste du jazz belge, il est aussi producteur et animateur de l'émission La Troisième Oreille sur laRTBF, et une personnalité de la radio1 et de la télévision. Il fréquente Montmartre aussi souvent qu'il le peut2, mais vit et travaille à Ixelles.

    Bibliographie

    • Le règne de Sacha Guitry, biographie, Pierre De Méyère, Bruxelles, 1971
    • Bon appétit Bruxelles, gastronomie, Collet, Bruxelles, 1982
    • Parmi moi seul, poésie, Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1983
    • Les poètes du jazz, théâtre, Bruxelles, le 5 février, 1985, créé à la Compagnie Ivan Baudouin-Lesly Burton, avec Lesly Burton, le pianiste Charles Loos et l'auteur
    • Cuisine traditionnelle en Hainaut, Libro-Sciences, 1990
    • L'énigme résolue de Verlaine à la Trappe de Forges-lez-Chimay, C.G.R.I., 1996
    • L'insaisissable Robert Goffin, biographie, Quorum, 1998
    • Toots Thielemans, biographie, Racine, 2006

     

    Notes

    1.  Il est ambassadeur du monde de la radio auprès du vieux marché des Marolles
    2.  il est député-membre de la République de Montmartre

     

    Pendant ce temps la petite Francine grandit gentiment

    son papa Lulu travaille chez Renault comme dessinateur au bureau d'études

    et le soir il répète ses partitions car il est tuba dans l'orchestre de l'Opéra de Paris

     

    tuba.jpg

    Sa maman Péguy travaille comme couturière

    Machine À Coudre Ancienne Singer 8186409

    et il y a aussi la Mémé qui tient la maison et qui élève Francine 

    car entre le travail et les répétitions à l'Opéra il n'y a pas beaucoup de 

    temps pour Francine, et le dimanche il y a des sorties avec la fanfare de

    l' époque


    afficher les détails

    MB900318438 (1).JPG

    Découpage de dinde animé

    Biberon rempli


     

    Cette page liste les données cartographiques de chansons appelées "Caravane" en vue de la réussite. Cette liste associe des versions de couverture et des chansons distinctes qui arrivent à partager le même titre.

     

    Si, en alternance, vous êtes à la recherche pour les chansons qui ont le mot "Caravane" quelque part dans le titre une meilleure alternative serait de chercher le mot dans le index du site pour les c .

     


     

    Duke Ellington Caravane 1937 Grammy Hall of Fame en 2009 (1937), aux États-Unis Billboard 4 à 1937 (18 semaines), RYM 6 de 1937, aux États-Unis BB 9 de 1937, POP 9 de 1937, le Brésil 57 de 1938, nuTsie 58 de 1930, Scrobulate 88 de jazz

     


 

 

Les commentaires sont fermés.